Ryan Remiorz Ryan Remiorz / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Les villes sont des acteurs en puissance qui n’hésitent plus à unir leurs forces pour répondre aux défis posés par la mondialisation et cela même si elles agissent à l’encontre de leurs gouvernements centraux.

C’est l’une des principales conclusions qui a émané d’une discussion à laquelle participaient, mardi soir à Montréal, le premier ministre Justin Trudeau, le maire de Montréal Denis Coderre et la mairesse de Paris Anne Hidalgo.

Les trois décideurs étaient réunis sur scène devant quelques centaines de convives, dont de nombreux maires, dans le cadre du 12e Congrès mondial de Metropolis, l’Association mondiale des grandes métropoles.

Dans une discussion relativement consensuelle animée par la journaliste Céline Galipeau, M. Trudeau n’a pas manqué de rappeler que les villes canadiennes, de concert avec les provinces, ont joué un rôle névralgique sous le précédent gouvernement conservateur en menant de front le dossier de la lutte aux changements climatiques.

Selon M. Trudeau, les villes et les provinces ont alors «pris le relais» pour combler le manque de leadership du gouvernement fédéral, une décision que le premier ministre n’a pas manqué de louanger.

Le maire Coderre a saisi la balle au bond pour dénoncer, comme il l’avait fait en matinée, la décision du gouvernement américain de se retirer de l’Accord de Paris sur les changements climatiques.

Un brin frondeur, il a «remercié» M. Trump d’avoir provoqué «quelque chose de grand» en donnant l’impulsion nécessaire aux grandes villes américaines pour qu’elles unissent leurs forces pour tenter d’atteindre les cibles américaines de réduction des gaz à effet de serre.

La mairesse de Paris a rappelé que 700 maires s’étaient réunis à Paris en décembre 2015 avant la signature de l’Accord de Paris pour exercer une pression morale sur les gouvernements centraux afin qu’ils passent à l’action.

Les Nations unies ont ainsi eu recours aux villes pour «forcer la main» à certains États qui étaient plus récalcitrants, a-t-elle mentionné.

Selon Mme Hidalgo, les villes sont des entités plus «agiles» qui permettent de trouver des solutions innovantes, mentionnant au passage que 70 pour cent des gaz à effet de serre sont produits dans les grandes villes.

«Les villes sont sur la ligne de front de la mondialisation», a illustré Mme Hidalgo, qui est également présidente de l’organisme C40, un regroupement de villes unies pour lutter contre les changements climatiques.

«Qu’il s’agisse des questions climatiques, de la question des réfugiés, des questions de démocratie et du vivre-ensemble, ces questions-là, les villes y sont confrontées et elles doivent trouver des solutions auxquelles personne n’a encore pensé», a-t-elle explicité.

Selon M. Coderre, un «changement de paradigme» s’est opéré lors de la négociation de l’Accord de Paris faisant des villes «des partenaires à part entière».

Le premier ministre Trudeau lui a fait écho, parlant d’une dynamique à trois, d’une collaboration nouvelle «que les citoyens apprécient».

«C’est une nouvelle ère extrêmement positive», a-t-il appuyé. Fini le temps où un gouvernement pouvait mousser son capital politique en partant en guerre contre un autre ordre de gouvernement, croit-il.

«Les citoyens comprennent énormément que si on travaille ensemble, si on est en train de chercher des solutions concrètes sans trop se chicaner ou chercher à prendre tout le crédit ou à marginaliser l’autre ça fonctionne beaucoup mieux», a souligné le premier ministre.

Il a notamment cité en exemple l’accueil des réfugiés syriens qui n’aurait jamais été possible si les collectivités locales n’avaient pas levé le doigt pour signifier leur intérêt à accueillir ces nouveaux citoyens.

Aussi dans Uncategorized :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!