QUÉBEC — Le chef de la division des communications du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Ian Lafrenière, sera candidat pour la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Vachon, en Montérégie.

La candidature de l’homme le plus médiatisé du SPVM depuis une vingtaine d’années devrait être annoncée au cours des prochains jours.

L’inspecteur profite présentement d’un congé sans solde et est en voyage jusqu’à la semaine prochaine.

M. Lafrenière avait été la source de rumeurs plus tôt cet été relativement à un éventuel passage en politique au sein de la CAQ, qui récolte le plus d’intentions de vote, d’après les plus récents sondages.

Il avait démenti ces rumeurs, affirmant vouloir se consacrer à son travail. Il était revenu à la tête du service des communications du SPVM en 2017, après avoir été écarté de ce poste en 2016 par l’ancien patron de la police de Montréal, Philippe Pichet.

En 2015, un graffiteur avait peint le visage du commandant Lafrenière sur un mur, avec un trou de balle dans le front. La jeune femme qui avait photographié l’image pour ensuite la diffuser sur les réseaux sociaux avait été déclarée coupable de harcèlement criminel.

Ian Lafrenière avait indiqué, lors de son témoignage au procès, que l’image l’avait ébranlé, avait effrayé ses enfants et avait forcé sa conjointe à délaisser son emploi durant plusieurs mois.

Il tentera de ravir la circonscription de Vachon au Parti québécois (PQ), qui y est installé depuis 1994.

Le comté longueuillois est actuellement détenu par la députée Martine Ouellet. Cette dernière siège comme indépendante après avoir été membre de l’équipe péquiste, puis chef du Bloc québécois.

Mme Ouellet a déjà fait savoir qu’elle ne se représentera pas aux prochaines élections provinciales. C’est plutôt son attaché politique, Patrick Ney, qui défendra les couleurs du PQ dans Vachon.

Ils affronteront la présidente de la Commission politique nationale du Parti libéral du Québec (PLQ), Linda Caron, et André Vincent de Québec solidaire (QS).

Réunis en conseil des ministres mardi, à Québec, les libéraux ont préféré ne pas commenter l’arrivée de M. Lafrenière en politique.

«On va attendre», a déclaré le ministre des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier, qui s’en est cependant pris au chef caquiste, François Legault.

«M. Legault, ce n’est pas sa première (campagne électorale) et il a été refusé à toutes les fois, (…) alors peut-être que ça nous dit quelque chose», a-t-il asséné.

M. Fournier, qui ne sollicite pas de nouveau mandat mais conseillera le premier ministre Philippe Couillard tout au long de la campagne, croit que le chef caquiste manque de cohérence.

«Il dit une chose et son contraire», a-t-il affirmé en citant comme exemple la promesse de François Legault de réduire le fardeau fiscal des Québécois tout en augmentant les services.

Plusieurs ministres ont d’ailleurs indiqué mardi avoir hâte d’entendre M. Legault préciser ses intentions.

Aussi dans Uncategorized :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!