Quelle est la réalité du Canadien de Montréal, censé représenter les Montréalais au hockey?

De par son appellation fran­çaise, on pourrait croire qu’il a quelque affinité avec les locuteurs français d’Amérique du Nord que nous sommes. Mais tout le monde le sait : les joueurs du Canadien, comme tous les autres de ladite National Hockey League, ne parlent entre eux que l’anglais, ne s’entraînent qu’en anglais et ne vivent qu’en anglais, et cela, même s’ils repré­sentent au hockey la deuxième plus grande ville francophone du monde.

Et si, à une époque lointaine, le Canadien de Montréal trouvait ses joueurs étoiles chez nous, il est bien évident que depuis l’expansion, ce n’est plus le cas et que le nom français de cette équipe représente en quelque sorte une usurpation d’identité. Depuis des années, ce club a perdu tout lien avec le hockey qui se pratique dans la région montréalaise ou ailleurs au Québec. Pourtant, la direction du club persiste à donner aux Québécois l’image trompeuse d’une équipe d’ici en continuant à l’affubler frauduleusement d’un nom à connotation française à des fins strictement commerciales.

Non seulement pareil stratagème de marketing ne respecte pas les joueurs qui viennent d’ailleurs jouer chez nous, mais il ne respecte pas non plus la population d’ici, qui a droit à une vision juste de ce qu’est devenue au fil des années la transformation en spectacle de son sport national. Ne serait-il alors pas plus juste et plus honnête pour les joueurs, les partisans et la population de Montréal en général de renommer l’équipe en fonction de ce qu’elle est vraiment : The Montreal’s Canadians!

– Pierre Desjardins, Montréal

Aussi dans :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!