Archives Métro Les insectes

L’entomophagie, ou action de manger des insectes, peut sonner bien «bizarre» aux oreilles de plusieurs. Pourtant, cette coutume remonte à plus de 7 000 ans et est encore pratiquée partout dans le monde… ou presque!

Le Mexique fait figure de chef de file, avec plus de 400 espè­ces d’insectes consommées, et l’entomophagie est également chose courante en Afrique et en Asie. Pour mieux comprendre cette pratique, commençons par le début!

Parfois consommés pour leur abondance et la facilité à les capturer, parfois prisés pour leur goût, les insectes ne sont pas seulement une nourriture de dernier recours, ils sont également recherchés, voire préférés à d’autres! Dans plusieurs pays, les insectes ont été longtemps consommés comme une «délicatesse», alors que seuls les privilégiés pouvaient en bénéficier.

Encore de nos jours, en Colombie, les reines des colonies de fourmis coupeuses de feuilles (Atta sp.) sont comparées au caviar, autant pour ce qui est du goût que du coût! Au Cambodge, les orthoptères (grillons, criquets et sauterelles) sont très populaires sur les marchés publics, alors que les chenilles de Mopanes, en Afrique centrale, font chuter les ventes de bœuf lorsqu’elles arrivent sur le marché! Près de 1 600 tonnes de ces chenilles sont commercialisées annuellement. 

Cela dit, il est vrai que plusieurs populations, manquant cruellement de ressources alimentaires, utilisent, ou ont déjà utilisé des insectes comme source de protéines (équivalant à la meilleure des viandes).

Notre culture semble donc être l’embûche primaire (et combien tenace) à la consommation d’insectes. Celui qui fait l’exercice de réfléchir à la pratique de l’entomopha­gie d’un point de vue logique ne peut s’empêcher de conclure qu’il s’agit là d’une façon astucieuse de se nourrir. Les faits parlent d’eux-mêmes. D’ailleurs, les quantités industrielles d’insecticides rejetées dans la nature pour combattre les insectes sont nocives pour notre santé. Récolter et consommer les insectes diminuerait ce type de pratique et nous permettrait en plus de reprendre contact avec la nature…

Faits croustillants
Quelques faits intéressants entourant l’entomophagie :

  • Les insectes constituent à eux seuls près de 80 % du règne animal. Leur élevage (ou leur collecte) est souvent facile et peu coûteux.
  • Il y aurait près de 2 000 es­pè­­ces d’insectes et autres arthropodes utilisés comme nourriture dans le monde (déjà plus de 1 600 connues). Les groupes les plus souvent consommés sont : les orthoptères (grillons, criquets et sauterelles), les chenilles et chrysalides de papillons, les larves de coléoptères (scarabées et autres), les termites, les punaises et les hyménoptères (fourmis, abeilles et guêpes).
  • L’élevage de bovin requiert 10 kg de végétaux par kilogramme de viande produite. Le rendement est, au minimum, triplé avec les insectes (multiplié par cinq avec les criquets, par exemple). D’un point de vue écologique, l’élevage d’insectes est, de loin, beaucoup plus intéressant.
  • La valeur protéinique des insectes est très élevée. Beaucoup sont une source de gras polyinsaturé, de minéraux (fer, zinc, calcium) et de vitamines (A, B1, B2 et K), entre autres.

Visiter le site Espace pour la vie.

Aussi dans :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!