Je ne comprends pas ceux qui, depuis le début de la grève étudiante, opposent les étudiants aux contribuables pour justifier la hausse des frais de scolarité. Personnellement, comme travailleur, je fais partie des contribuables québécois qui paient de l’impôt et je suis aussi étudiant. Comme la totalité des étudiants, je suis autant contribuable qu’étudiant.

Depuis l’arrivée du gouvernement Charest, les étudiants ont vu, comme tous les contribuables, la TVQ augmenter de 2 % sur leurs factures. Ils paient aussi la taxe santé, qui passera bientôt à 200 $ par année et ont vu leur facture d’électricité et leurs frais de transport (transport en commun et SAAQ) augmenter.

Pour quelqu’un faisant un bon salaire, comme moi, ces hausses de tarifs ont peu d’impact sur un budget. Par contre, pour les étudiants, dont la quasi-totalité gagne moins de 20 000 $, ces hausses de tarifs sont significatives au point de rendre les étudiants incapables d’arriver à la fin du mois.

Les étudiants, avec les hausses de tarifs que le gouvernement Charest leur ont imposées, font déjà leur juste part de contribuables en ayant, pour la plupart, serré leur ceinture jusqu’à l’étouffement. Ajouter à ça une augmentation de 1 625 $ par année, soit plus de 10 % du revenu de la majorité des étudiants, en frais de scolarité, reviendrait à leur faire assumer une part injuste du fardeau fiscal. Il est donc tout à fait normal que ces étudiants s’opposent à cette hausse inacceptable.

Pendant ce temps, les Québécois ayant un bon revenu n’ont pas de difficulté à arriver à la fin du mois et à profiter d’un niveau de vie confortable. Je pense que ce sont ces personnes, dont je fais partie, qui devraient faire leur juste part. Je serais heureux de payer plus d’impôts si ça permet aux étudiants de pouvoir poursuivre leurs rêves. Si les étudiants, une fois leur diplôme obtenu, font un bon revenu, ils auront alors la capacité de financer les études de leurs cadets avec leurs impôts tout en arrivant à la fin du mois sans s’endetter.

– Sébastien Robert,  Travailleur, contribuable et étudiant, Longueuil

Aussi dans :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!