Actualités

Un forum pour parler de l’avenir d’Ahuntsic

Un forum pour parler de l’avenir d’Ahuntsic
Photo: Collaboration spéciale

Réfléchir sur l’avenir du quartier Ahuntsic, c’est ce qu’a proposé le 22 novembre, Solidarité Ahuntsic – la table de concertation du quartier – aux 200 personnes, entre représentants d’organismes et citoyens, venues participer au Forum Ahuntsic en devenir au collège Ahuntsic. Cette rencontre était destinée à faire le point sur les cinq ans du plan stratégique de développement du quartier, élaboré en 2009.

Le bilan a aussi permis de faire ressortir quelques points essentiels pour lesquels on apportera des changements dans le plan tel qu’il existe aujourd’hui. «Nous parlions précédemment d’un plan de circulation, aujourd’hui on demande un plan de déplacement qui prend en compte tous les moyens, notamment le transport actif», observe Azzedine Achour, directeur de Solidarité Ahuntsic. Un projet pilote autour des écoles devrait être mis sur pied dans les cinq années à venir. «On va choisir un établissement par district», a précisé M. Achour.

Un autre chantier émergeant, celui de la réalisation d’un marché public à Ahuntsic. «On a tiré des leçons des expériences menées par le passé pour lutter contre les déserts alimentaires et on a conclu qu’il y a une nécessité pressante pour créer une telle structure», affirme le premier responsable de Solidarité Ahuntsic. Depuis quelques années, un marché mobile appelé Marché Ahuntsic-Cartierville (MAC) et des haltes maraîchères apportent des fruits et légumes frais dans les secteurs où il y a un manque de distribution de ce genre de produits. Cette expérience a permis de juger de la demande. «Un marché public, c’est aussi un projet structurant dans le secteur où il est installé», relève M. Achour.

On a parlé aussi des logements sociaux. «Notre objectif de 1000 logements ne semble pas irréaliste», constate M. Achour. Cinq ans après la mise en place du plan stratégique, moins de 15% des objectifs fixées ont été atteint. «On pense qu’avec les projets immobiliers prévus dans le quartier on peut intégrer des logements abordables, pense-t-il. Toutefois, il faudrait que ceux qui s’opposent aux constructions nouvelles ne s’objectent pas en arguant que les logements sociaux sont un problème.» Il y a effectivement une opposition citoyenne aux formes de projets de condominiums proposés dans le quartier, il s’agira de trouver des moyens pour rapprocher les points de vues. Un autre élément qui plaide pour l’atteinte de la cible des 1000 logements, le développement possible de secteurs mixtes, emploi et résidentiel. «Il y a des bâtiments vides dans le secteur Chabanel. Faut-il les réserver uniquement aux investisseurs?», s’interroge M. Achour.

Un nouveau point qui a été débattu, celui du retour aux études pour une population qui a besoin de se reclasser sur la plan professionnel. «Le directeur du collège Ahuntsic était présent aux travaux, il a été sensible à cette demande», constate M. Achour. Cette institution de formation est également en contact avec des enseignants retraités réunis au sein du collectif d’économie sociale. L’idée d’élaborer des projets avec les enseignants actifs et des étudiants autour de ces problématiques a été émise. Par ailleurs, les élus de tous les paliers de gouvernements ont également marqué de leur présence une partie des travaux du forum. «Ils ont tous entendus quelles étaient les demandes des citoyens et des organismes communautaires», a souligné M. Achour.