Actualités

Réinsertion sociale: des bancs de parc uniques

Réinsertion sociale: des bancs de parc uniques
Photo by: Collaboration spéciale

Des jeunes en réinsertion sociale dans Hochelaga-Maisonneuve verront leurs créations installées dans les parcs et les rues de Rosemont–La Petite-Patrie. L’organisme Les Ateliers d’Antoine, qui fête ses 20 ans, collaborera ainsi pour une première fois avec un arrondissement montréalais.

Plusieurs modules, dont des bancs circulaires et des chaises longues, seront installés d’ici la fin de l’été dans les parcs Joseph-Paré et Molson. Ils auront la particularité d’avoir servi dans le parcours de réinsertion d’une dizaine de jeunes éloignés du marché du travail.

Ce nouveau partenariat permettra le développement de nouveaux produits pour l’entreprise d’économie sociale du quartier, en plus de rendre fiers leurs participants.

«Pendant un certain temps, nous faisions du bois d’allumage, mais ce n’est pas ce qui est le plus intéressant. Des bancs au parc Molson, c’est beaucoup plus valorisant. Tu peux dire à tes chums: « va voir ça, c’est moi qui l’ai fait ». Je dis souvent que notre mission est de changer le monde et c’est ce que l’on fait avec nos participants», explique Marjoie Arice, directrice-générale des Ateliers d’Antoine.

Le projet de mobilier urbain sera réalisé avec un autre organisme de réinsertion sociale situé au centre-ville, le Groupe information travail. Des jeunes de 16 à 30 ans, qui participent au programme Écolo-Boulot, seront responsables de dessiner les meubles qui seront construits par les jeunes des Ateliers d’Antoine.

«Les jeunes ont un sentiment de fierté et de travail accompli. Ils voient qu’ils peuvent créer quelque chose de qualité. Cela leur permet de se projeter plus loin dans leur vie», souligne le coordonnateur du projet Écolo-Boulot, Guillaume Veilleux.

Les jeunes ne se dirigeront pas nécessairement vers l’ébénisterie, fait remarquer Mme Arice. Chez Les Ateliers d’Antoine, ce genre de projet pourrait permettre non seulement de trouver un emploi, mais également de retourner à l’école.

Le projet de Rosemont–La Petite-Patrie arrive d’ailleurs à point pour souligner le 20e anniversaire de l’organisme de Hochelaga-Maisonneuve cette année. Il a accompagné plus de 600 jeunes depuis sa fondation.

«On a fait plusieurs recherches avec notre clientèle depuis quelques années pour bonifier notre offre et proposer des produits plus sophistiqués», affirme Mme Arice.

L’organisme a d’ailleurs approché d’autres arrondissements pour participer à la construction du mobilier urbain.

atelier Antoine PAGE1

Frêne
Pour l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, il s’agit de la deuxième phase du programme de revalorisation du bois de frêne, lancé en novembre dernier.

Depuis l’automne, une cinquantaine de pièces de mobilier urbain sont en préparation pour être installées, dans le courant du mois d’avril, sur la Promenade Masson et le boulevard Saint-Laurent.

Parallèlement à ces projets, l’arrondissement a intégré le bois de frêne pour l’entretien de ces installations, notamment les estrades de terrain de baseball ou encore les tables à pique-nique. «Pour une première année, nous n’avons pas eu à acheter de bois pour effectuer ce type de travaux. Nous devenons auto-suffisant avec le bois de frêne», souligne M. Croteau.

Un budget de 65 000$ sera octroyé pour la réalisation de ce deuxième volet de revalorisation.

Jusqu’à présent, près de 400 frênes ont été réutilisés par l’arrondissement qui a dû en abattre 1500 cette saison, en raison de la présence d’agrile.

atelierAntoineMANCHETTE

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *