Actualités

Gare du Canal: à un an de l’échéance, rien ne se passe

Les autorités sont formelles: la future gare du Canal, qui desservira la clientèle du train de banlieue Montréal-Delson (nord-sud), sera aménagée à la fin de l’année. Pourtant, en cette mi-janvier, rien ne se passe sur le terrain.

À moins d’un an de l’ouverture prévue, l’Agence métropolitaine de transport (AMT) en est encore aux discussions avec ses partenaires quant à l’acquisition ou la location des terrains.

«Nous n’avons pas d’échéancier précis pour le moment», affirme la conseillère en relations média à l’AMT, Fanie St-Pierre, ajoutant que le projet est encore à l’étape des plans et devis.

Une somme de 5 millions de dollars est réservée par l’AMT pour la réalisation de cet ouvrage.

«Je fais confiance à l’AMT et à son président Nicolas Girard dans la concrétisation de ce dossier», lance le maire de l’arrondissement de Lachine, Claude Dauphin.

Le maire de Lachine a aussi affirmé que le ministre des Transports et ministre responsable de la région de Montréal, Robert Poëti, attend la réalisation de la gare cette année, comme cela est prévu.

L’échangeur Turcot
Cet investissement attendu en transport collectif a notamment pour objectif d’atténuer la congestion routière autour de l’échangeur Turcot qui sera entièrement refait.

Pour Lachine, cela signifie l’aménagement d’un stationnement incitatif à la future gare du Canal. Le tout doit se faire en consultation avec les résidents du quartier aux abords et plusieurs options seront analysées.

Le maire de Lachine a déjà évoqué la possibilité que la future gare ne soit qu’une mesure temporaire, le temps des travaux de réfection de l’échangeur Turcot. Il souhaiterait plutôt un aménagement permanent.

«La gare du Canal s’inscrit dans notre vision du développement de Lachine-Est. Un accès rapide et direct au centre-ville par l’entremise du transport en commun est essentiel pour notre arrondissement. C’est l’ensemble de la population qui en bénéficiera», a conclu le maire de Lachine, Claude Dauphin.

Par ailleurs, le ministère des transports du Québec (MTQ) a déjà donné un accord de principe sur les mesures de mitigation. Dans ce contexte, la STM réitère par communiqué sa volonté d’avoir une voie réservée permanente pour relier les échangeurs Turcot et Saint-Pierre, dans le cadre des travaux de reconstruction de l’échangeur Turcot.

Le maire de Lachine qualifie cette voie réservée d’une «infrastructure lourde», qui pourrait être un métro sous-terrain ou de surface, un tram-train ou encore un tramway.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *