Actulocal le-plateau-mont-royal
09:43 25 mai 2016 | mise à jour le: 25 mai 2016 à 09:43

Montréal célèbre la poésie des quatre coins du globe

Montréal célèbre la poésie des quatre coins du globe
Photo: Collaboration spéciale Maison de la poésieSONY DSC

Les Montréalais pourront découvrir la poésie locale et internationale lors du Festival de la Poésie de Montréal, du 30 mai au 5 juin.

Le festival fondé en 1999 par la Maison de la poésie, située à Villeray, est de retour cette année sous le signe de la diversité. Des événements auront lieu dans plusieurs arrondissements, dont le Plateau – Mont-Royal.

«On cherche à présenter tout ce qui se fait en poésie au Québec. Nous voulons que les gens puissent entrer en lien avec la poésie comme bon leur semble, aller vers ce qui leur parle», indique la directrice de la Maison de la Poésie, Isabelle Courteau.

Près de 200 poètes d’ici et d’ailleurs prendront la parole lors de lectures et d’événements spéciaux. Pour l’occasion, de nombreuses places publiques et librairies mettront en valeur des parutions québécoises et canadiennes, ainsi que d’Europe et d’Amérique latine.

La programmation du festival sera centrée sur l’Écosse cette année, avec des poètes invités pour une Soirée Québec-Écosse (2 juin).

Les femmes y auront aussi une place de marque, avec un hommage à France Théorêt, poète, romancière, nouvelliste et essayiste (4 juin).

La Maison de la poésie innovera avec une compétition de vidéo-poésie. En collaboration avec Vidéographe, dix vidéo-poèmes seront projetés et deux prix seront décernés suite à la projection (4 juin).

Les festivaliers pourront également initier leurs enfants à cette littérature, puisque des activités destinées à un jeune public ont aussi été ajoutées à la programmation habituelle.

Le traditionnel Marché de la poésie s’installera à nouveau sous la tente de la Place Gérald-Godin, au métro Mont-Royal (2 au 5 juin).

Marché
Le festival, organisé pour la première fois il y a 17 ans, a grandi avec le marché de la poésie montréalaise.

«Au départ c’était plus francophone, puis la Maison a débuté des échanges importants avec la France et Belgique. Depuis, l’Amérique latine s’est développée et on essaie de ne pas perdre le fil. C’est un autre monde, on travaille différemment en Colombie ou au Mexique», explique la directrice.

La poésie occupe toujours une place importante sur le marché de la littérature dans la métropole, fait savoir Mme Courteau.

Montréal a vu naître au cours des 10 dernières années de nombreuses nouvelles maisons d’édition très actives pour rejoindre différents publics.

«L’édition envisagée comme une implication sociale, où la poésie reste un genre important. Montréal a un marché [de la poésie] pour amateurs fervents. La production n’a pas diminué en nombre et elle est même meilleure», soutient Mme Courteau.

La programmation complète du festival est disponible au http://www.maisondelapoesie.qc.ca/