Actualités
15:23 13 septembre 2016

Un espace pour Fredy Villanueva: la commémoration de la discorde

Un espace pour Fredy Villanueva: la commémoration de la discorde
Photo: FELIX O.J. FOURNIER LAPRESSE LTELe décès de Fredy Villanueva marque toujours l'arrondissement et les citoyens de Montréal-Nord.

Envisagé initialement dans le cadre des rénovations du parc Henri-Bourassa à Montréal-Nord, un espace de commémoration des événements de l’été 2008 qui ont conduit au décès de Fredy Villanueva paraît menacé. Des citoyens s’opposent à cette idée.

«Qu’a fait Fredy Villanueva pour Montréal-Nord pour mériter une plaque commémorative ? A-t-il eu un acte de bravoure ? Si l’on met une plaque pour ce garçon, pourquoi ne le fait-on pas avec tous les gens qui sont morts ?», questionne Minerva Petrut.

Cette résidente de l’arrondissement affirme avoir récolté 900 signatures dans le cadre d’une pétition déposée au conseil d’arrondissement du 12 septembre.

Signataire lui-aussi de cette lettre qui dit refuser la mise en place d’un tel espace de commémoration, Guy Leduc affirme que la création d’une plaque «remet en évidence les choses négatives alors que Montréal-Nord a besoin de beaucoup de positif».

«Beaucoup pensent que ce jeune était un criminel, ce n’est pas le cas, admet ce membre de la Société d’histoire et de généalogie de Montréal-Nord. Mais je n’aime pas que l’on nous parle chaque année de cet événement. On s’imagine que Montréal-Nord est toujours à feu et à sang.»

Trois séances de consultations animées
Demande de la famille Villanueva et d’un comité de soutien, cette plaque commémorative n’a pourtant pas été proposée initialement par l’arrondissement qui a organisé trois séances de consultations publiques, toutes très animées, les 10 mai, 7 juin et 7 septembre à la Maison culturelle et communautaire.

En mai dernier, «la création d’un espace dédié à la commémoration des événements de l’été 2008», comme l’indique des documents de l’arrondissement, avait été identifiée comme l’un des trois principaux enjeux de l’administration dans le cadre de la rénovation du parc Henri-Bourassa.

«Ce serait un espace pour la mémoire générale, pour la prise de conscience, car ce qu’il s’est passé fait partie de l’histoire de Montréal-Nord. Mais ce ne sera pas un lieu à la mémoire d’un individu en particulier», expliquait Hugues Chantal, directeur de l’aménagement urbain de l’arrondissement.

Mais pour Minerva Petrut, «il faut tourner la page». «On veut penser à autre chose et vivre en paix, sans peur ni intimidation. On ne veut plus avoir honte de dire qu’on habite à Montréal-Nord.»

Un espace en suspens ?
Présent lors de ces consultations ainsi qu’au dernier conseil, Will Prosper évoque «un conflit intergénérationnel.»

«Montréal-Nord commence à avoir de nouveaux visages et certains n’acceptent pas ce renouvellement. Ils voient la diversité de l’arrondissement comme une menace alors que c’est une richesse. Il ne faut pas se le cacher, il y a du racisme à Montréal-Nord», reprend le fondateur de Montréal-Nord Republik, proche de la famille Villanueva.

Questionnée lors de cette séance du 12 septembre, la mairesse Christine Black affirme qu’«aucune décision n’a été prise pour le moment.»

«On poursuit cette réflexion. On n’a pas un sentiment d’urgence derrière nous», reprend l’élue, alors qu’un projet final devait être dévoilé au cours du mois d’octobre, selon les plans initiaux de l’arrondissement.

«Ce serait un désaveu»
Lors d’un entretien avec TC Media le 9 août, Christine Black paraissait davantage indécise et prête à faire machine arrière.

«Ce ne sera pas que moi qui prendrais la décision. Je suis là pour écouter les citoyens. Les rencontres n’ont pas fait l’unanimité pour un espace de commémoration. […]Moi, ce que je me dis, c’est que si l’option choisie est pour diviser la communauté, je ne serais jamais d’accord.»

«Si on abandonne ce projet, ce serait un désaveu, réagit Will Prosper. Si certains veulent des plaques pour d’autres personnes décédées injustement, je me ferais un plaisir de les accompagner. Il est important que l’on se souvienne de tout le monde, comme de Fredy qui a laissé une empreinte claire sur Montréal-Nord.»

En mai dernier, un comité de citoyens et de proches de la famille Villanueva avait remis une pétition de 700 noms à l’arrondissement pour la création d’une fresque murale à l’effigie du jeune homme, tué par un policier le 9 août 2008.