Actualités
08:55 12 octobre 2014

Réformer le réseau de la santé

Le 25 septembre, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a présenté le projet de loi 10. Ce dernier vise à modifier l‘organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux.

« Les changements proposés par le projet de loi ont pour objectif d’assurer une véritable intégration des services, permettant ainsi un parcours de soins plus simple et plus fluide pour les patients. Ils visent également à alléger les structures et la bureaucratie au profit d’une gestion administrative plus rigoureuse et plus saine. Enfin, il en résulterait une ligne d’autorité, de gouvernance et d’imputabilité plus claire. Nous voulons briser les silos, qui sont souvent des obstacles dans le parcours de soins des patients, pour nous donner un réseau de santé et de services sociaux plus fonctionnel », a déclaré le ministre Barrette.

Les agences régionales de santé et de services sociaux seraient abolies. Le nombre d’établissements du réseau passerait de 182 à 28 sans toutefois prévoir la fermeture de points de services.

Des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS), issus des abolitions et des fusions, seraient créés et relèveraient directement du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Impacts locaux

Pour Montréal-Nord, le projet de loi aura des répercussions importantes en termes d’organisation.

Le centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Pointe-de-l’île sera fusionné avec le CSSS Lucille-Teasdale, et le CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel. L’institut Philippe-Pinel de Montréal, l’institut universitaire en santé mentale de Montréal, l’hôpital Santa Cabrini, l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’institut canadien-polonais du Bien-Être Inc. et le centre jeunesse de Montréal seront aussi intégrés dans cette nouvelle configuration, qui se nommera CISSS de l’est-de-l’île-de-Montréal.

Difficile de se prononcer pour le moment sur les conséquences de cette réforme.à

« Lorsque la loi sera adoptée par l’Assemblée nationale, il sera plus facile d’avoir une idée plus précise des impacts de cette réforme sur les services à la population et sur la transformation du réseau de la santé et des services sociaux », a fait savoir Hélène Barral, porte-parole du CSSS de la Pointe-de-l’île.

 

(En collaboration avec Stéphanie Maunay)