Actualité Outremont - Mont-Royal
00:00 24 avril 2014 | mise à jour le: 24 avril 2014 à 00:00

Conflit d'intérêts dans le dossier de la Coopérative du Suroît?

Parce que l’entreprise de son mari possède un condo de luxe dans un immeuble dont des résidents s’opposent à la construction d’une coopérative d’habitations voisine, la conseillère Jacqueline Gremaud devrait s’abstenir de voter sur le projet, croient les membres du projet de la Coopérative de solidarité du Suroît.

Catherine Bouchard

Les instigateurs du projet de la coopérative se sentent mal à l’aise devant cette situation. «On accuse personne, mais on se sent inconfortable. Nous nous attendons de nos élus qu’ils soient complètement neutres. Je trouve que c’est un peu limite. À sa place, je déciderais de ne pas voter. Il peut y avoir apparence de conflit d’intérêts.  C’est clair qu’il y a une perte de confiance de notre côté», explique le président de la Coopérative de solidarité du Suroît, Christian Corbeil.

L’entreprise d’Éric Gagnon, le mari de la conseillère municipale du district de Jeanne-Mance, possède un condo de luxe au 950 rue Champagneur, immeuble dans lequel les résidents s’opposent à la construction du Suroît. La propriété a une valeur de 366 000 dollars, selon l’évaluation municipale du mois de juillet 2012.

Rappelons que ce dossier a attisé les passions depuis plusieurs mois dans le quartier. En effet, les résidents des condos du 950 Champagneur, voisin du stationnement municipal Manseau, s’opposent au projet de Coopérative de solidarité du Suroît dans sa forme actuelle pour de nombreuses raisons. Le projet a suscité tellement d’opposition qu’il a été transféré au contentieux de la Ville de Montréal. La mairesse Marie Cinq-Mars devrait renseigner les citoyens sur les conclusions juridiques du contentieux lors de la séance du conseil municipal du 5 mai prochain.  

Le porte-parole du Comité Manseau et résident du 950 Champagneur, Richard Cummings, rappelle que les résidents du secteur désirent un espace vert. «On a une pénurie d’espace vert dans notre secteur et on a acheté ces condos en raison du projet d’espace vert sur le stationnement Manseau. D’ailleurs, il y aura une bande verte entre le 950 Champagneur et la Coopérative du Suroît, tel que voté au conseil d’arrondissement le 3 mars dernier», souligne M. Cummings.

 Parmi les doléances des riverains figurent l’«éventuelle perte de valeur immobilière causée par les préjudices» que générerait la construction de la coopérative d’habitation. D’ailleurs, les résidents qualifient de «fini style motel» le projet actuel du Suroît. Du côté des instigateurs du projet de coopérative, il est clair que des modifications ont déjà été apportées pour causer le moins de désagréments possible, notamment avec les recommandations du Comité consultatif en urbanisme de l’arrondissement d’Outremont. «On va rendre l’immeuble plus beau et plus discret. On va le reculer, quitte à diminuer le nombre de logements pour contrer l’effet tambour du garage et la promiscuité visuelle dérangeante évoquée par les gens du 950 Champagneur», indique Christian Corbeil.

Le projet de Coopérative de solidarité du Suroît pour des familles à revenus modestes avait été approuvé par le Comité consultatif d’urbanisme en octobre 2013, après un second dépôt et des modifications, avant que Jacqueline Gremaud en devienne la présidente.

La réaction de Mme Gremaud ici.

Articles similaires