Actulocal outremont-mont-royal
09:20 23 mars 2013 | mise à jour le: 23 mars 2013 à 09:20

Après le 15 mars, on se balade en moto…

J’écris ce texte mardi matin, pendant que le mensonge de la neige se renouvelle. Ma page Facebook est ouverte depuis quelques heures et j’hallucine sur le décalage entre ce que je vois par ma fenêtre et ce qui s’écrit sur les réseaux sociaux depuis que le jour est levé et que le Montréalais s’est rendu compte que la météo n’avait pas tout à fait tort : oui, il neige.

J’hallucine, je ris et je pleure. D’abord, soyons clairs, à peine quelques timides petits flocons virevoltent sur Saint-Henri. Il est peut-être tombé 10 ou 15 centimètres sur les 20 qu’on annonce. Sur Facebook, à la radio, partout, on a l’impression d’un état d’urgence, d’une tempête du siècle, comme si c’était surprenant.

Le Québécois ne sait définitivement pas encore rendu compte qu’il vit depuis des siècles dans un pays du Nord, un pays où il neige l’hiver, un pays où l’été dure deux mois quand tout va bien.

Mais non. Nous continuons de nous mentir à nous même d’année en année, de mois en mois, de jour en jour… Aller, d’heure en heure. On se ment au point de se sentir obligé de légiférer l’hiver et son usage.

J’ai un ami qui vient d’immigrer. Le gars est un maniaque de moto. Il vient d’Europe, où il roulait douze mois par an. En décembre, il a été surpris d’apprendre qu’il devait ranger sa moto. Nous, on lui disait, oui, mais la neige! Lui nous répondait quoi, la neige? Tu sors pas ta moto quand il neige! N’importe quel imbécile sait ça! Oui, mais…

Oui, mais merde! Le pire, c’est que ce n’est pas de faire de la moto l’hiver qui est interdit, mais de conduire sans pneu d’hiver, du 15 décembre au 15 mars. Or, essaye de trouver un pneu d’hiver de moto, toi!

Mon ami a donc rangé sa moto le 15 décembre dernier et depuis ce temps, il maugrée en espérant que le 15 mars arrive. Devinez ce qu’il a fait, mon ami, vendredi dernier. Que vous êtes perspicace! Oui, il a sorti sa moto.

Sauf que voilà. Aujourd’hui, il va tomber 20 centimètres de neige et mon ami aura le droit : rien ne l’empêchera de sortir sa moto. Évidemment qu’il ne la sortira pas, il est ni fou, ni con, mon ami. Il va attendre que ça fonde.

Mais pourquoi n’aurait-il pas le droit ou le choix de faire la même chose entre le 15 décembre et le 15 mars?

Parce que le mensonge honteux d’une logique sécuritaire pourrie et ridicule, parce que la volonté de cet État de tout contrôler, de faire en sorte que plus personne ne réfléchisse par soi-même. Ou alors parce que l’État nous prend vraiment pour des imbéciles.

Couillard

J’entendais distraitement Philippe Couillard mentir sur les ondes de Radio-Canada, tout juste après sa victoire à la chefferie du Parti libéral, dimanche dernier.

C’est fou. Le gars est à peine nommé à la tête d’un parti qui a été au pouvoir pendant neuf ans et cinq mois au cours des dix dernières années, et il vient nous dire que c’est le PQ qui nous a mis dans la merde dans laquelle nous surnageons.

Attends, là… Tu te fous de ma gueule ou quoi, Philippe? Calvaire…

Quelques minutes plus tard, nouvelle déclaration choc : M. Couillard annonce qu’il faut se sortir des 40 dernières années de gouvernement péquiste, un parti ancien qu’il faut remplacer par un nouveau parti, le Parti libéral du Québec.

Attends, Philou, attends, attends, attends, là : en plus de me prendre pour un con, tu me mens la gueule ouverte, mon Philou…

Ces 40 dernières années, ton parti a été au pouvoir pendant un peu plus de 20 ans, mon cher. La. Moitié. Du. Temps. Ça fait donc 20 ans de politique libérale et 20 ans de politique péquiste pour arriver au Québec tel qu’il est aujourd’hui. Donc kif kif !

Tu sais ce que tu es en train de me dire, là? Tu es en train de me dire que si tu te permets de mentir sur des choses dont on peut aussi facilement s’assurer de la fausseté, qu’en est-il donc du reste, de toutes ces choses qu’il nous est impossible de vérifier? Y’a-t-il une limite à prendre les gens pour des imbéciles?

Articles similaires