Actualités

Artères commerciales: une pétition pour interdire les lieux de culte

Artères commerciales: une pétition pour interdire les lieux de culte
Photo: Isabelle Bergeron /TC Media

Un groupe de citoyens d’Outremont vient de lancer une pétition en ligne pour appuyer le projet de règlement voulant que les lieux de culte soient interdits sur les artères commerciales de l’arrondissement. Cinq jours après son lancement, quelque 500 signatures figurent déjà sur celle-ci.

«Nous voulons signifier aux élues que les citoyens d’Outremont sont derrière elles dans cette démarche, explique Daniel Major, l’un des initiateurs de la pétition. Nous ne désirons pas qu’il y ait moins de lieux de culte sur Bernard, mais simplement qu’il n’y en ait pas davantage.»

La portion outremontaise de l’avenue Bernard s’étend de Rockland à Hutchison, la portion plus commerciale débutant à l’intersection de l’avenue Outremont. Ainsi, sur ce tronçon de 500 mètres se trouvent déjà trois synagogues et une église baptiste.

«Une bonne proposition»
Alors que la pétition en ligne était lancée, le 23 novembre, des citoyens se promenaient également sur les artères commerciales pour obtenir des signatures «de ceux qui pourraient être directement affectés par la décision des élues», soit les commerçants d’Outremont.

Des pétitions figurent depuis dans certains commerces des avenues Bernard et Laurier, afin que les citoyens puissent eux aussi y apposer leur signature.

«Nous croyons que ce que l’arrondissement propose a du sens, précise M. Major. Les lieux de culte n’ont pas besoin d’être sur les artères commerciales. Ce sont des lieux fermés, alors que sur Bernard et Laurier on retrouve plutôt des lieux ouverts à tous.»

Le projet de règlement prévoit que les avenues Bernard et Laurier Ouest aient une vocation exclusivement commerciale à l’avenir et qu’une nouvelle zone, située à la hauteur de la voie ferrée près de l’avenue Van Horne, les accepte.

L’objectif est de remettre cette pétition aux élues d’Outremont lors de la consultation publique du mardi 1er décembre, durant laquelle la population se prononcera sur le projet de règlement. Les élues se prononceront ensuite sur le projet de règlement au conseil du 7 décembre.