Actualités

Les nouveaux centres de compostage et de biométhanisation prévus dès 2020

Les nouveaux centres de compostage et de biométhanisation prévus dès 2020
Photo: Ville de Montréal

Quatre des cinq centres de traitement des matières organiques (CTMO) prévus dans l’agglomération de Montréal seront en opération en 2020, a indiqué la Ville de Montréal vendredi dans un communiqué.

La Ville a annoncé le lancement d’appels d’offres pour le centre de compostage dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, un autre dans l’arrondissement Saint-Laurent, un centre de biométhanisation et un centre pilote de prétraitement des ordures ménagères à Montréal-Est.

Un centre de biométhanisation fera plus tard l’objet d’un appel d’offres et sera en opération en 2024, a ajouté la Ville.

Quelque 120 000 tonnes de déchets organiques pourront être transformés chaque année au terme de la première phase. Le volume doit monter à 160 000 après 2024.

L’ensemble du projet est évalué à 344 millions de dollars, dont 135,6 millions sera financé par les gouvernements provincial et fédéral.

Contrat clé en main
Mercredi dernier, la Ville a publié un avis d’appel d’offres pour la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance du futur CTMO confirmé il y a près de trois ans dans Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Le contrat «clé en main» prévoit la construction d’un centre de compostage d’une capacité annuelle de 29 000 tonnes métriques humides de résidus verts et de digestat, à l’angle de l’autoroute métropolitaine et du boulevard Saint-Jean-Baptiste.

Afin de minimiser les odeurs, les poussières et le bruit, toutes les étapes du compostage et du transbordement doivent se faire à l’intérieur d’enceintes fermées maintenues sous pressiaon négative, indique l’avis. Les «effluents liquides du procédé» doivent aussi être acheminés dans un réservoir aéré. Des systèmes de traitement et de mesure des odeurs sont également prévus.

Selon le maire de Montréal Denis Coderre, la construction des CTMO aidera la région à gérer ses matières organiques de façon autonome. Elle va aussi «permettre à  Montréal de compléter une transition écologique qui bénéficiera aux générations futures», a-t-il fait valoir.


Qu’est-ce que le digestat?

Résidu issu de la biométhanisation de résidus alimentaires collectés dans l’agglomération.