Actulocal pointe-aux-trembles-montreal-est
13:45 25 juin 2014 | mise à jour le: 25 juin 2014 à 13:45

Le soccer à Pointe-aux-Trembles, une passion qui ne se dément pas

Si le nombre de joueurs de soccer augmente sans cesse à Montréal depuis les dernières années, la situation à Pointe-aux-Trembles et Montréal-Est n’est pas différente. Le sport qui a connu une importante montée de popularité au début des années 2000 réussi depuis à conserver la fidélité des jeunes du secteur.

En effet, selon Mario Dugas, président de l’Association de soccer de Pointe-aux-Trembles (ASPAT), le nombre d’inscriptions se situe autour de 900 à 950 personnes par année depuis 2010.

« Quand je suis arrivé à l’association en 2000, nous avions autour de 350 membres, explique le président. Depuis, ce chiffre a augmenté exponentiellement et se maintient, alors c’est des bonnes nouvelles pour notre association. »

Il indique que plusieurs facteurs sont à l’origine du « plateau » qui empêche l’augmentation du nombre d’inscriptions depuis les derniers cinq ans.

« Le taux de natalité a un effet sur le nombre d’inscriptions, signale M. Dugas. Dans les années 2000, les gens avaient plus d’enfants, mais les jeunes familles se font un peu plus rares ces temps-ci, dit-il. Le soccer reste un sport très populaire dans l’Est malgré cela. »

Il explique que la nouvelle tendance chez les jeunes est celle « d’essayer plusieurs sports » avant de se consacrer à une discipline en particulier.

« Chaque été, nous perdons 200 joueurs qui s’inscrivent dans d’autres sports et nous retrouvons par la même occasion 200 nouveaux membres qui viennent essayer le soccer », dit-il.

Le club qui célèbrera cette année son 25e anniversaire, compte 50 équipes qui jouent dans plusieurs ligues pouvant aller du U04 au U18.

À la recherche de filles

Trente-trois pourcent des membres de l’ASPAT sont des filles, un chiffre qui semble haut, mais qui n’est pas suffisant pour combler les besoins du club.

« Malgré le fait que nous sommes l’un des clubs de Montréal qui a le plus de filles, nous souhaitons en avoir davantage, signale M. Dugas. Nous sommes parmi les cinq clubs mandatés à Montréal pour faire du soccer féminin de haut niveau et nous n’avons pas assez de femmes. »

Au cours des dernières années, l’association a implanté de nouvelles mesures pour attirer plus de filles dans ses rangs.

« Nous offrons un remboursement de 50 $ pour chaque fille parrainée par un membre de notre club. Cette année, avoir plus de filles fait partie de nos objectifs principaux, et j’espère que nous allons réussir à l’atteindre », conclut M. Dugas.

À lire également:

– Le soccer, plus populaire que le hockey?

Articles similaires