Actualités

Île Sainte-Thérèse : se réapproprier les lieux

Un projet récréotouristique sur l’île Sainte-Thérèse pour lui donner une nouvelle vocation et la mettre en valeur. C’est ce que proposent la mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT), Chantal Rouleau, et le maire de la Ville de Varennes, Martin Damphousse, afin de se réapproprier l’île.

Située à proximité du projet de la plage de l’Est, entre Pointe-aux-Trembles et la Ville de Varennes, l’île Sainte-Thérèse est occupée depuis bon nombre d’années par des citoyens qui squattent l’endroit. L’île se trouve à être sur le territoire de Varennes.

Au cours d’une promenade en bateau, organisée par les élus, à la suite d’un point de presse, le 17 avril, il était possible d’observer de nombreuses résidences aux abords de l’île.

« Il y a des mesures à prendre pour corriger la situation. Il y a des gens qui occupent l’endroit sans droits et c’est certain qu’ils vont se faire dire de partir, mais ils le savent déjà qu’ils ne devraient pas y être, fait savoir la mairesse. Ce qu’on a fait récemment, c’est de demander au ministère des Ressources naturelles de faire une recherche sur l’occupation sans droits. »

Mme Rouleau mentionne que cette convocation aux médias avait pour but de montrer les richesses de ce qu’elle qualifie de « joyau de l’Est »

« C’est un lieu qui est à l’abandon et on veut le récupérer pour le bien des citoyens », souligne-t-elle.

Elle estime que la mise en valeur de l’île Sainte-Thérèse aura un impact positif sur la vitalité de Pointe-aux-Trembles, qui verra une clientèle montréalaise y transiter, d’autant plus avec les divers projets qui y sont prévus, dont la plage de l’Est.

Selon la mairesse de RDP-PAT et son homologue de Varennes, les astres sont alignés pour qu’il y ait une collaboration entre les différentes instances.

« C’est un lieu qui a une histoire, qui a été habité il y a 5000 ans par les amérindiens. Des colons seraient également passés par là. L’île gagne a être connue et à faire partie de notre patrimoine », indique-t-elle.

Bien que l’arrondissement RDP-PAT ne soit pas porteur du projet, l’administration locale est intervenue auprès de la Ville-centre.

Mme Rouleau a indiqué qu’au prochain conseil municipal, il devrait une déclaration sera faite pour inviter le gouvernement du Québec à donner son appui au projet