Actualités

Vente de l’église Saint-Octave

C’est décidé. L’église Saint-Octave sera vendue. Lors de la dernière séance du conseil municipal de Montréal-Est, les élus ont autorisé à la majorité la direction générale à déposer un appel de propositions pour la vente de l’église et de son presbytère. L’appel d’offres sera lancé au printemps prochain et une décision finale devrait être rendue dès cet été.

«La vente de l’église fait partie de notre plan de revitalisation du secteur de l’avenue Broadway, explique le maire Robert Coutu. Nous allons prendre en considération ce que les citoyens auront à dire à ce sujet, mais nous devons absolument faire quelque chose avec cette bâtisse.»

Un avis écrit sera transmis au centre de la petite enfance (CPE) Tante Michèle pour l’informer de l’intention de la Ville de mettre fin à son bail.

«Le CPE a un droit de préemption sur l’église, mais indépendamment de ce qui va se décider, nous tenons à ce que la garderie reste à Montréal-Est, indique le maire. Nous n’allons pas les l’abandonner car si ce que nous voulons, c’est d’avoir des nouvelles familles, nous devons nous assurer d’avoir des services de proximité pour les enfants.»

Un avis sera également transmis à la fabrique de la paroisse Saint-Octave afin de lui demander de cesser toutes les activités dans un délai de six mois.

Qu’est-ce qu’un appel de propositions?
L’église, qui a été acquise par la Ville en 2011 au coût de 500 000$, sera mise en vente sous certaines conditions.

L’église Saint-Octave
L’église Saint-Octave

«Nous allons lancer un appel d’offres avec des critères très précis afin que des promoteurs soumettent des projets, qui correspondent à nos besoins, explique Josée Guy, directrice générale de la ville. Ces critères seront établis par le conseil municipal et seront en lien avec le Programme particulier d’urbanisme (PPU) de l’avenue Broadway.»

Le prix de vente et les critères en question seront établis par les élus dans les prochaines semaines.

Opposition au projet
Lors de l’adoption de la résolution concernant la vente de l’église Saint-Octave, la conseillère Sylvie Dauphinais a été la seule à s’opposer au projet.

«Il y a quelques années le maire avait dit qu’une ville sans église, était une ville sans âme. Aujourd’hui, je me demande pourquoi il veut vendre l’âme de Montréal-Est?», se questionne-t-elle.

La conseillère soutient que ce qui la préoccupe, c’est la conservation du patrimoine religieux et de l’histoire de Montréal-Est.

«Je suis consciente qu’il n’y a plus grand-chose qui se passe à l’église, mais pourquoi la vendre? Pourquoi la détruire? Nous pouvons nous-mêmes la transformer, tout en conservant l’essentiel de la bâtisse. Ce n’est pas nécessaire de la vendre à quelqu’un d’autre», fait-valoir Mme Dauphinais.

Pour sa part, Maurice Vanier, représentant de l’Atelier d’histoire de Pointe-aux-Trembles, s’est dit inquiet des biens qui se trouvent à l’intérieur de l’église.

«L’orgue et les meubles, on sait qu’ils seront vendus, mais rien n’a été mentionné par rapport aux cloches ou aux vitraux qui ont une valeur monétaire et patrimoniale très importante, dit-il. Ce que nous voulons préserver c’est l’identité de la ville. Si jamais l’église disparaît, il serait important qu’un mémorial soit érigé pour rappeler qu’une église qui a fait partie de l’histoire de Montréal-Est a déjà existé là.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *