Actualités
10:09 15 janvier 2019

Il est «urgent» de protéger les cyclistes sur les artères

Il est «urgent» de protéger les cyclistes sur les artères
Photo: Josie DesmaraisL'AMARPP demande que la ville-centre agisse rapidement pour sécuriser les déplacements à vélo et à pieds sur les artères.

Les citoyens impliqués dans la protection des cyclistes et piétons attendent impatiemment que la Ville de Montréal présente une série de mesures promises pour sécuriser les déplacements à pied et à vélo.

Selon l’Association pour la Mobilité Active de Rosemont Petite-Patrie (AMRPP) la situation est «urgente» lorsqu’il est question du partage de la route sur les artères qui traversent l’arrondissement.

«Il faut mettre en place un plan dans les plus brefs délais, par tous les moyens possibles, même temporaires, afin de mettre fin à l’hécatombe qui survient chaque année dans Rosemont – La Petite-Patrie», insiste Pierre Rogué, fondateur de l’AMRPP.

Ce dernier souligne que la topographie de l’arrondissement unique cause plusieurs frictions entre les usagers, puisqu’elle compte un important nombre de rues collectrices et artérielles à proximité de rues résidentielles.

«Cette diversité ne fait pas bon ménage. La circulation est fluide sur les artères dans le quartier, les véhicules ne ralentissent pas comme sur les petites rues du Plateau, tandis qu’un nombre important de résidents choisissent la mobilité active», explique-t-il.

L’organisme créé à l’été 2018, à l’instar de plusieurs autres associations similaires dans les arrondissements du Plateau – Mont-Royal, d’Ahuntsic et de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, entretient déjà de bonnes relations avec l’administration locale, selon M. Rogué.

«Le dialogue est ouvert et les élus ont déjà répondu à certaines de nos préoccupations en adoptant une résolution l’an dernier pour sécuriser les déplacements autour des chantiers. La même chose ne peut pas être dite concernant la ville-centre, qui est en charge des artères».

En effet, M. Rogué trouve que les promesses faites par l’équipe de Valérie Plante durant la campagne électorale de 2017 tardent à se concrétiser. La mairesse s’engageait alors «à aller encore plus loin [que l’Administration Coderre] et à sécuriser tous les viaducs afin de permettre aux cyclistes de se déplacer sans risque.»

Mais depuis rien n’a été fait, constate M. Rogué.

Contactées à ce sujet, les relations médias du comité exécutif de Montréal ont été avares de commentaires.

«Les annonces de Vision Zéro sont effectivement toujours à venir en 2019. Pour le moment, c’est tout ce que nous pouvons dire», a fait savoir par courriel Laurence Houde-Roy, attachée de presse au Cabinet de la mairesse et du comité exécutif de Montréal.

Camionneurs délinquants
Entre 2014 et 2018, cinq cyclistes sont décédés dans les rues de Rosemont – La Petite-Patrie, dont quatre à la suite d’une collision avec un camion et un par emportiérage.

Cette statistique pousse M. Rogué à réclamer de la part des autorités qu’elles resserrent l’application des règles de camionnage de la part des agents du Service de police de Montréal (SPVM).

«Nous demandons un vrai contrôle des camions qui utilisent les rues résidentielles par les services de police concernés. Nous voulons que les contrevenants soient escortés en dehors de ces quartiers et réprimés comme les règlements pertinents le prévoient», souligne-t-il.

En effet, selon les données transmises par le SPVM, seulement 14 constats d’infractions relatifs au réseau de camionnage ont été faits par les policiers dans Rosemont – La Petite-Patrie en 2018. Comparativement, dans les arrondissements voisins de Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension et de Mercier – Hochelaga – Maisonneuve, ce sont 448 et 72 constats respectivement qui ont été remis lors de cette même période de temps. Un total de 1 064 constats relatifs au réseau de camionnage ont été émis par les agents du SPVM sur le territoire de la métropole en 2018.

Le commandant du poste de quartier 44 au SPVM, Pierre Liboiron, reconnaît que cet enjeu lui a été rapporté à la fin de l’année 2018. «Particulièrement dans les secteurs de la rue Saint-Zotique et du boulevard Pie-IX, on a été interpellé pour intervenir plus souvent. C’est pourquoi nous en avons fait une priorité pour notre plan d’action 2019 dans Rosemont», souligne-t-il.

Ce dernier rappelle cependant que les camionneurs qui ont à faire des livraisons locales peuvent emprunter parfois des rues résidentielles, s’ils ont le bordereau requis. «Tous les camions qui se trouvent dans les rues locales ne sont pas délinquants. Il faut donc que les agents vérifient s’il sont en règle avant de tirer des conclusions», affirme-t-il.

Nombre de constats émis par le SPVM en 2018 relatifs au réseau de camionnage par arrondissement:

  • Ahuntsic/Cartierville: 72
  • Anjou: 1
  • Côte-Des-Neiges/Notre-Dame-De-Grâce: 6
  • Dorval: 13
  • Lachine: 1
  • Lasalle: 31
  • Mercier – Hochelaga – Maisonneuve : 72
  • Montréal-Est: 3
  • Montréal-Ouest: 18
  • Outremont: 1
  • Pierrefonds/Roxboro  : 1
  • Plateau Mont-Royal:  22
  • Pointe-Claire:  16
  • Rivière-Des-Prairies/Pointe-Aux-Trembles:  7
  • Rosemont –La Petite-Patrie:  14
  • Saint-Laurent: 2
  • Saint-Léonard : 49
  • Sud-Ouest: 93
  • Ville-Marie: 94
  • Villeray/Saint-Michel/Parc-Extension: 448

Total émis sur le territoire du SPVM: 1 064