Actualités
14:54 29 janvier 2019

Une nouvelle adresse pour le Renaissance sur Masson

Une nouvelle adresse pour le Renaissance sur Masson
Photo: Emmanuel DelacourRenaissance espère pouvoir accueillir davantage de dons grâce à son nouvel édifice de la rue Masson.

Afin de répondre à la demande dans le quartier et pour accueillir davantage de dons, un des plus anciens magasins Renaissance deviendra propriétaire de son propre immeuble sur la rue Masson.

C’est en 1997 que cette succursale, la troisième à avoir vu le jour, s’est établie à l’angle de l’artère commerçante du Vieux-Rosemont et de la 10e Avenue. Le 28 janvier elle aura élu domicile dans son nouvel édifice à quelques pas de sa précédente adresse, pour loger au 3238, rue Masson.

«On sait que l’on peut récupérer encore plus d’articles dans notre centre de dons à cet endroit. C’est en partie pourquoi on a cherché un plus grand espace, qui fera passer la superficie du magasin de 6000 pieds carrés (557 mètres carrés) à 9000 pieds carrés (836 mètres carrés)», affirme Éric St-Arnaud, directeur général chez Renaissance.

Celui-ci s’est abstenu de divulguer le prix de l’acquisition, qu’il assure être viable pour l’organisme, toutefois, selon le Rôle d’évaluation foncière de Montréal, l’immeuble a une valeur de plus de 1,5 M$.

M. St-Arnaud reconnaît que l’organisme à but non lucratif s’était abstenu de faire de la publicité encourageant les résidents à faire des dons, car son centre local roule déjà à pleine capacité.

«On a reçu près d’un million de livres de dons en vêtements et biens ménagers ici en 2018. Il s’agit d’un de nos meilleurs points de collecte», indique M. St-Arnaud.

Au cœur d’un milieu de vie
Lors de son ouverture il y a 22 ans de cela, la succursale de Renaissance sur la rue Masson visait à répondre aux besoins du coin, explique le directeur général.

«Il y a 30 ans, les personnes qui fréquentaient les friperies étaient surtout des gens à faible revenu, mais aujourd’hui cela a beaucoup changé. Les clients sont de plus en plus proches du magasin. On a beaucoup de jeunes familles qui y viennent pour donner ou trouver des vêtements pour leurs enfants. Et puisque ceux-ci grandissent vite, le linge est souvent presque neuf», insiste M. St-Arnaud.

La conscientisation quant aux enjeux environnementaux aurait aussi laissé sa marque, croit-il. «Les gens choisissent d’acheter de l’usager parce qu’ils sont plus ouverts à l’idée et parce qu’ils ne veulent pas payer trop cher des articles qu’ils peuvent se procurer à plus faible coût. Il y a moins de stigmatisation associée à ça.»

Renaissance a aussi une mission sociale de réinsertion dans le marché du travail. En 2018, sa succursale sur la rue Masson a permis à 22 personnes d’intégrer son programme de 6 mois, en plus d’engager à temps plein 14 employés.

«On veut créer un milieu de vie dans les quartiers. Au travers de notre réseau, on engage près de 50 nationalités, autant des hommes que des femmes. Nos nouvelles installations nous permettront d’ajouter six emplois dans ce magasin», remarque M. St-Arnaud.

Les boutiques Renaissances auront détourné des sites d’enfouissement 13 841 tonnes de dons dans l’ensemble de la province en 2017-2018.