Actualités
16:00 31 janvier 2019

Le bruit des travaux comme réveille-matin

Le bruit des travaux comme réveille-matin
Photo: Emmanuel DelacourLes travaux de fondation de l'école Saint-Bibianne dureront jusqu'à cet été.

Les travaux lancés l’été dernier pour démolir et reconstruire l’école Saint-Bibianne dans le quartier Rosemont perdurent cet hiver, causant des maux de tête à certains résidents à proximité.

Robert Langlois vit à quelques mètres du terrain appartenant à la Commission scolaire de Montréal (CSDM) situé au 5755, 13e Avenue. Le citoyen dit être incommodé par le bruit provenant du chantier qui se produirait en dehors des heures permises.

«Les travaux commencent à 7h le matin comme le prévoit le règlement, mais les ouvriers arrivent plus tôt et les gros camions diesel roulent déjà à ce moment. Ce matin, la machinerie était en marche dès 6h20», se désole M. Langlois.

Mais, le plus grand irritant selon ce dernier est la présence d’une génératrice en fonction 24 heures sur 24, presque tous les jours depuis deux semaines.

«Elle se trouve à moins de 20 pieds (6 mètres) de mon balcon. C’est bruyant et les émanations se sentent jusqu’à l’intérieur de chez moi. Ma voisine m’a dit qu’elle avait ressenti des étourdissements depuis les derniers jours», affirme le citoyen.

Lors d’une visite du chantier, le Journal de Rosemont – La Petite-Patrie a mesuré le bruit produit par la génératrice. Le son enregistré atteignait 72 décibels à une distance de cinq mètres, soit l’équivalent du bruit provenant d’un flot de circulation intense.

Selon la CSDM, tous les moyens ont été pris pour réduire les désagréments liés aux travaux pour le voisinage.

«La présence d’une génératrice est inévitable en attendant le branchement d’Hydro-Québec. Il y a les installations sanitaires qui ne doivent pas geler, sinon tout éclaterait, de même que des produits liquides qui servent au chantier qui sont entreposés dans la roulotte. Ces produits doivent être maintenus à une température au-dessus du point de congélation. C’est pourquoi il y a du chauffage en permanence. La génératrice a été déplacée pour atténuer la nuisance sonore», souligne Alain Perron, chargé de communications à la CSDM.

Aux relations médias d’Hydro-Québec, on indique que la demande de branchement n’a pas encore été déposée par le responsable du chantier. «Nous l’avons appelé pour lui signaler qu’il devait en faire la requête afin que l’on procède à un raccordement. Dès que ce sera fait, nous allons procéder le plus rapidement possible», affirme Jonathan Laporte, porte-parole chez Hydro-Québec. Celui-ci n’était pas en mesure d’avancer une date à laquelle ce raccordement serait complété.

Dans une lettre distribuée par la commission scolaire aux résidents à proximité de l’école Saint-Bibianne, on apprend que le chantier de fondation, de structure et d’implantation d’un système géothermique a débuté le 8 janvier dernier.

«Les travaux de mise en œuvre des fondations seront probablement les plus dérangeants pour le voisinage et s’étireront jusqu’au début de l’été : il y aura du camionnage, de l’excavation, du coulage de béton et l’utilisation de marteaux-piqueurs. Par ailleurs, en attente du raccordement électrique d’Hydro-Québec, une génératrice sera employée sur le chantier pour subvenir aux besoins des travailleurs (roulotte, toilettes, petits outils)», explique-t-on dans le document.

Le porte-parole de la CSDM ajoute que le responsable du chantier a été contacté pour assurer que le bruit ne s’étendra pas en dehors des heures permises par la Réglementation de l’Arrondissement, qui l’autorise du lundi au vendredi, de 7 h à 19 h, et la fin de semaine, de 10 h à 17 h.

La rentrée dans la nouvelle école Sainte-Bibianne devrait se faire en 2020, et on pourra y accueillir 300 élèves. Le projet dans son ensemble devrait coûter aux alentours de 16 M$.