Actualités

Fin du stationnement à cinq mètres d’une intersection dans Rosemont

Fin du stationnement à cinq mètres d’une intersection dans Rosemont
Photo: Archives TC Media

L’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie a annoncé, mercredi, la fin du stationnement à moins de cinq mètres d’une intersection sur son territoire. De la peinture jaune sera appliquée aux différents coins de rue pour donner un repère visuel aux automobilistes. Cependant, les places avec parcomètres ne font pas partie de la mesure.

Dès la semaine prochaine, les premières bandes jaunes viendront signaler aux automobilistes l’interdiction de se stationner. «D’ici le début de l’hiver, tous les coins de rue seront sécurisés, sauf certains secteurs industriels où l’on n’aura pas le temps d’appliquer la peinture. Ils seront faits au printemps», explique le maire, François Croteau.

La tolérance jusqu’à maintenant appliquée prendra fin. «J’invite les automobilistes à être vigilants, car les services de police auront la directive d’appliquer le cinq mètres dès la semaine prochaine», ajoute M. Croteau.

L’article 386 du Code de la sécurité routière interdit pourtant cette manœuvre, mais le phénomène est largement répandu à Montréal.

Rosemont–La Petite-Patrie n’est pas le premier arrondissement à vouloir faire appliquer la réglementation. D’autres arrondissements comme Verdun, Ahuntsic–Cartierville ou encore Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension ont déjà pris des mesures pour remettre cette interdiction à jour.

Les places payantes exclues
Pour le moment, la mesure ne s’appliquera pas sur les stationnements avec parcomètres, comme sur la rue Masson.

«Actuellement, nous ne pouvons pas la faire appliquer, étant donné que la gestion relève de la Ville de Montréal. Nous n’avons pas eu de réponse à notre demande de faire enlever ces parcomètres», indique M. Croteau.

Cependant, aucune demande officielle ne semble être arrivée sur le bureau de la division des transports à la ville-centre. Stationnement de Montréal explique ne pas avoir reçu de requête et le service des communications de Montréal renvoie la balle à l’arrondissement.

Cette mesure semble être dans les cartons, mais ne sera pas encore appliquée, répond-on aux communications de Rosemont–La Petite-Patrie.

La bataille du stationnement
Cette interdiction fait déjà grincer des dents plusieurs automobilistes qui entrevoient le casse-tête à venir pour trouver une place.

Cependant, le maire Croteau n’en démord pas; pour lui, cela ne changera rien. «Aucune place de stationnement n’est abolie, étant donné qu’aucune place de stationnement n’était autorisée», répond-il.

Le conseiller de Marie-Victorin, Guillaume Lavoie, avance la carte de la sécurité. «Cela va améliorer nettement la visibilité des automobilistes et des piétons. Souvent, les conducteurs étaient obligés de s’avancer sur la voie pour voir s’il arrivait un autre véhicule, donc c’était dangereux pour tout le monde», note-t-il.

L’arrondissement indique que 70% des collisions entre les différents usagers de la route se produisent à l’intérieur du cinq mètres.

Rosemont–La Petite-Patrie entend également poursuivre l’implantation de saillies de trottoir pour sécuriser davantage ses rues.

De plus, 24 stationnements à vélo seront installés de façon permanente avant le début de l’hiver, à l’intérieur du cinq mètres sur le territoire.