Actualités

Clôtures et factures impayées au Complexe sportif de Saint-Laurent

Clôtures et factures impayées au Complexe sportif de Saint-Laurent
Photo: Les Nouvelles Saint-Laurent News/Denis Germain

L’arrondissement a dû débourser près de 5 000 $ depuis avril afin de sécuriser les alentours du Complexe sportif de Saint-Laurent. Des panneaux du revêtement extérieur de ce bâtiment inauguré l’année dernière avaient été déplacés par le vent.

«Nous attendons les conclusions du rapport d’inspection avant d’enlever les clôtures», indique le directeur de la culture, des sports, des loisirs et du développement social de l’arrondissement, Patrick Igual, précisant que tout est rentré dans l’ordre depuis longtemps.

Des barrières provisoires avaient d’abord été posées le 5 avril pour être remplacées par les clôtures actuelles, quelques jours plus tard, dont l’installation s’élève à 4 726 $.

«Cela n’a aucun impact sur le fonctionnement du Complexe, qui est rempli de familles heureuses», commente le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa.

Sous-traitants
Par ailleurs, les sous-traitants ayant participé à la construction du Complexe sportif attendent toujours d’être payés. Les Nouvelles Saint-Laurent avaient révélé il y a un an que l’entrepreneur général Unigertec a accumulé près de 11 M$ sous forme d’hypothèques légales. Une nouvelle s’est d’ailleurs ajoutée, en novembre, de plus de 250 000 $.

«Rien n’a bougé, il y a une trôlée d’avocats qui sont en médiation avec Unigertec et la Ville. Ils veulent faire repousser ça de deux mois, mais on s’y oppose», souligne la vice-présidente finances de Clermont, Carole Dubé, à la veille du retour en cour, prévu mardi.

L’entreprise, qui a réalisé l’enveloppe extérieure du Complexe, attend toujours d’être payée avant de poser le dernier panneau. Mme Dubé précise cependant que cela n’a aucun rapport avec l’incident d’avril.

«Notre seul interlocuteur est Unigertec, rappelle de son côté le maire DeSousa. Il a soumissionné, engagé des sous-traitants, c’est une compagnie solvable. On ne peut pas rentrer là-dedans, seulement l’encourager à payer.»

François-Yves Thibeault, directeur général d’Unigertec, n’a pas retourné les appels des Nouvelles Saint-Laurent.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *