Actulocal saint-laurent
13:37 16 mars 2015 | mise à jour le: 16 mars 2015 à 18:11

Montréal «en mode solution» pour la mosquée Al Andalous

Montréal «en mode solution» pour la mosquée Al Andalous
Photo: Isabelle Bergeron

Denis Coderre tente de trouver une solution pour permettre au Centre Islamique Al Andalous, situé sur le boulevard Décarie dans Saint-Laurent, de poursuivre ses activités. Si rien n’est fait, la mosquée devra fermer ses portes d’ici le 3 avril puisqu’elle se trouve dans une zone qui ne permet pas les lieux de culte.

Le maire Coderre et Anie Samson, la responsable de la sécurité publique et des services aux citoyens au comité exécutif, ont rencontré les présidents et coprésidents de plusieurs associations musulmanes, le 13 mars, afin de discuter des problèmes liés à l’implantation des lieux de culte dans la métropole. Selon une source présente à cette rencontre et qui est bien au fait du dossier, le maire se serait «engagé à trouver une solution pour que la mosquée Al Andalous puisse rester dans l’arrondissement».

Par l’entremise de son attachée politique, le maire Coderre confirme son intention d’agir, mais refuse de confirmer un engagement ferme. «Nous sommes présentement en mode solution, il y a des discussions et le dossier progresse bien [puisque] nous travaillons conjointement avec l’arrondissement de Saint-Laurent.»

La mosquée Al Andalous a été sommée de quitter ses locaux suite à la réception d’un avis d’infraction du règlement de zonage, émis par l’arrondissement le 6 février dernier.

Le 6 mars, l’Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec (AMAL), le Congrès maghrébin au Québec (CMQ), l’organisme Communication pour l’ouverture et le rapprochement interculturel (COR) et Média Maghreb, faisaient parvenir une lettre au maire Coderre pour lui demander une rencontre.

Les administrateurs de la mosquée ont fait signer une pétition par plus de 1000 fidèles d’Al Andalous qui a été remise à M. Coderre lors de la rencontre.

La mosquée Al Andalous
Le centre islamique Al Andalous, aménagé boulevard Décarie, possède une mosquée où plus de 1000 fidèles prient quotidiennement, mais le règlement de zonage de l’arrondissement interdit la présence de lieux de culte dans ce secteur.

Le 6 février, après de longs pourparlers entre l’arrondissement et les responsables de la mosquée, les autorités ont fait parvenir un avis d’expulsion de trente jours aux responsables du Centre Islamique Al Andalous.

Après avoir reçu un sursis d’un mois, le Centre Islamique Al Andalous doit dorénavant quitter ses locaux avant le 3 avril, sous peine de recevoir une amende de 976$ par jour.

Les responsables de la mosquée, et différents organismes musulmans, se sont mobilisés la semaine dernière pour que la mosquée puisse s’installer dans de nouveaux locaux, plutôt que de fermer boutique.