Actualités

L’entente de 1 G$ US de Bombardier scellée

L’entente de 1 G$ US de Bombardier scellée
Photo by: Collaboration spéciale/Jean-Charles Hubert

Québec confirme l’aide financière de 1 G$ US à Bombardier. L’entente définitive signée le jeudi 23 juin est légèrement modifiée par rapport à l’annonce d’octobre. Entretemps, l’entreprise fait face à une décote de Moody’s.

L’analyste financier a fait passer de B2 à B3, c’est-à-dire de stable à négative, la note de Bombardier la semaine dernière. La haute direction de l’avionneur a signifié son désaccord, affirmant que Moody’s ne reconnaissait pas les progrès importants réalisés au cours de la dernière année.

«Les notes ont été déclassées en raison de l’investissement de 1,5 M$ de la Caisse de dépôt dans Bombardier Transport, a fait savoir la vice-présidente de Moody’s, Jamie Koutsoukis. La perspective de note a cependant été stabilisée, notamment car les commandes de C Series ont fourni assez de liquidités.»

SCACS
La Société en commandite Avions C Series (SCACS) a été créée pour gérer l’investissement du gouvernement provincial dans ces appareils. Le décaissement se fera en deux tranches égales, les 30 juin et 1er septembre. Bombardier sera majoritaire alors que Québec possèdera 49,5 % de la SCAS.

Les modifications par rapport à l’entente originale portent sur la quantité d’actions que le gouvernement pourra acheter. Ce nombre a été réduit de moitié, passant à 100 millions.

«Nous sommes reconnaissants de la confiance que le peuple et le gouvernement du Québec ont en la C Series. Leur investissement accélérera l’élan que nous avons créé, renforcera la confiance qu’ont nos clients dans les avions et fournira à Bombardier la flexibilité financière dont elle a besoin pour livrer concurrence et gagner», a indiqué le président, Alain Bellemare, par voie de communiqué.

Daniel Johnson
Daniel Johnson
Le siège social, l’assemblage, la fabrication, les services d’ingénierie et les activités de recherche et développement de la SCAS seront conservés au Québec pendant au moins 20 ans.

L’ex-premier ministre Daniel Johnson agira à titre de président du conseil d’administration composé de cinq administrateurs, dont trois proposés par Bombardier et deux par le gouvernement du Québec.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *