Actualités

Pollinisation et bricolage

Pollinisation et bricolage
Photo: Johanna Pellus/TC MediaLes jeunes du projet d'écologie urbaine C-Vert réalisent une murale sur le cabanon en arrière du YMCA Saint-Laurent, en bordure du parc Cousineau, sur le thème de la nature, encadrés par Caillan Loiseau (intervenant) et Salem De Giovanni (artiste), le 13 juillet 2016.


Pour contribuer à la biodiversité de Saint-Laurent, les jeunes de C-Vert réalisent un jardin pour les pollinisateurs et un hôtel à insectes. Ces projets s’inscrivent dans leur stage d’été, après avoir été sensibilisés à divers sujets environnementaux pendant l’année scolaire.

Le jardin, qui contient des plantes vivaces et indigènes, a été installé devant l’école Henri-Beaulieu, à Chameran. On y trouve notamment des échinacées et de la menthe. L’espace sera agrémenté de nichoirs pour oiseaux, que les jeunes ont fabriqués eux-mêmes.

L’hôtel à insectes prendra place aux abords du boisé du parc Marcel-Laurin, afin de remplacer l’ancien, qui a été vandalisé deux fois.

«L’hôtel à insectes qu’on avait fait… ça a été un choc! Le lendemain, il y a des gens qui étaient venus le brûler», racontent ensemble les adolescents.

Toutes les activités auxquels ils ont participé pendant l’année visent à améliorer leur estime de soi et leur autonomie, dans une optique de développement durable.

«Comme il y a beaucoup de voitures et de pollution qui vient avec, C-Vert nous a offert un atelier de vélo pour voir ce mode de transport d’une autre perspective. On a appris comme le réparer et, à la fin, ils ont donné des vélos pour ceux qui n’en avaient pas», explique Racha Tarfaya.

Pour qu’ils puissent continuer à réaliser des projets en écologie urbaine après leur année au sein du programme, le YMCA Saint-Laurent envisage de créer C-Vert +.

«L’idée est d’avoir un continuum de services pour les ados et éviter qu’ils décrochent pour ne rien faire», souligne la directrice du YMCA, Marie-Josée Meilleur.

La cohorte 2015-2016 clôturera le programme avec un séjour au Camp YMCA Kanawana, à Saint-Sauveur-des-Monts.

Lire aussi : Une murale pour l’engagement environnemental