Actualités

Ligne bleue: un McDonald’s sera exproprié

Ligne bleue: un McDonald’s sera exproprié
Photo: Laurent Lavoie / Progrès de Saint-LéonardLe restaurant McDonald's se trouve à l’intersection du boulevard Viau et de la rue Jean-Talon.

Le restaurant McDonald’s situé à l’angle du boulevard Viau et de la rue Jean-Talon s’ajoute à liste de commerces qui seront rasés en raison du prolongement de la ligne bleue.

Le propriétaire John Di Iorio a eu la confirmation de McDonald’s Canada, qui a reçu une lettre du Ministère des Transports à la fin du mois de juin. Le restaurant serait remplacé par l’édicule de la station du métro Viau.

« C’est sûr que je suis vraiment déçu. C’est quelque chose qui nous touche, on a quand même 80 employés. Je vais tout faire pour qu’on s’occupe d’eux et de nos clients », indique celui qui possède 4 franchises à Saint-Léonard, en entrevue avec Le Progrès. Même s’il espère pouvoir déménager son restaurant, le dernier mot reviendra à la maison-mère de l’entreprise.

Un premier avis évoquant la possibilité d’une expropriation avait été envoyé en 2016.

Le bâtiment, construit en 1974, a une valeur de plus de 3 M$ selon la dernière évaluation foncière de la Ville de Montréal.

Aucun recours en vue

M. Di Iorio n’a pas l’intention de s’opposer à l’expropriation. « Je pense qu’on va travailler avec [les partenaires]. La raison de l’expropriation c’est dans l’intérêt du public, c’est un métro », tranche-t-il.

D’autres commerçants, installés dans un immeuble au coin du boulevard Lacordaire et de la rue Jean-Talon, avaient fait part de leur mécontentement d’abord en signant une pétition, puis en installant une banderole sur leur immeuble. Le propriétaire du bâtiment, Francesco Cavaleri, a même intenté deux poursuites pour annuler l’expropriation.

Un emprunt de 364 M$ a été autorisé par les autorités municipales pour permettre au projet de la ligne bleue de se réaliser.  Du nombre, 302 M$ seront nécessaires pour acheter les lots des commerçants qui seront expropriés. Les coûts totaux du prolongement de la ligne bleue sont évalués à 3,9 G$.