Actualités

Pas d’accès touristique pour les nouvelles galeries de la caverne de Saint-Léonard

Pas d’accès touristique pour les nouvelles galeries de la caverne de Saint-Léonard
Photo: Luc Le BlancNavigation 2

Mandaté par l’arrondissement pour cartographier les nouvelles galeries de la caverne de Saint-Léonard,  les spéléologues de Speltech Québec ont conclu qu’elles ne devraient pas être accessibles à des fins touristiques pour l’instant, bien qu’elles ne constituent pas de problème pour la sécurité du quartier.

Les nouvelles galeries ne sont pas adaptées pour accueillir les citoyens, selon le rapport de Speltech. « Parcourir ces galeries présente un certain nombre de risques pour les visiteurs, autant pour les simples visiteurs que pour les spéléologues aguerris », peut-on lire dans le rapport.

En effet, plusieurs aménagements seraient nécessaires pour les rendre accessibles. « Ce n’est pas adéquat de planifier un usage touristique », a soutenu le spéléologue Jacques Schroeder lors de la rencontre publique tenue à Saint-Léonard.

On suggère plutôt d’offrir un accès virtuel grâce à des photos ou des vidéos.

Pas de risque pour la sécurité
L’objectif de l’étude était également d’évaluer la sécurité des  galeries puisqu’une partie se retrouve sous des maisons du quartier. « Ce qu’il faut retenir de notre étude, c’est qu’il n’y a pas de risques d’affaissement en surface », a expliqué le spéléologue. La voute au-dessus de la caverne ferait au moins six mètres d’épaisseur.

La cartographie de la caverne a été effectuée grâce à plusieurs stations topographiques. Les spéléologues ont même dû utiliser des kayaks puisqu’une partie de la caverne est inondée.

La cartographie a pu être validée par une technique de radiolocalisation. En effet, c’est grâce à des antennes d’émission et de réception que les spéléologues ont pu notamment mesurer la profondeur de la caverne.

Le maire de l’arrondissement, Michel Bissonnet, s’est dit satisfait des conclusions de l’étude des Speltech. « Ils ont fait un travail très rigoureux. L’important, c’était la question de la sécurité », a-t-il affirmé.

Un site unique
La découverte, en 2017, d’immenses galeries vieilles de 15 000 ans ont fait passer la caverne de Saint-Léonard de 40 à 400 mètres de longueur. Schroeder a aussi soutenu que le site cavernicole était unique, notamment en raison du fait qu’elle a été formée par le mouvement des glaciers.

« La caverne du parc Pie-XII a été ouverte dans le roc grâce au poids et aux déplacements des glaciers à la fin de la dernière glaciation qui a couvert le Québec. Cette caverne est donc un phénomène dit glaciotectonique (…)  Ces cavités glaciotectoniques constituent un phénomène naturel exceptionnel en milieu urbain », est-il possible de lire dans le rapport de Speltech.

Chaque été, la caverne de Saint-Léonard attire jusqu’à 2500 visiteurs. En 2016, la Société de spéléologie du Québec a dévoilé vouloir y créer un «Centre d’interprétation de la Terre», ouvert à l’année et comptant des salles présentant des expositions permanentes et temporaires, dans la veine du Biodôme et du Planétarium.  Au printemps 2018, PME MTL Est-de-l’Île avait remis 45 000$ à l’organisme afin qu’il puisse préparer des études de faisabilité et une série de consultations publiques.