Actualités

Une boutique phare de Jean-Talon Est quitte le quartier

Une boutique phare de Jean-Talon Est quitte le quartier
Photo by: Thomas Laberge/Progrès Saint-Léonard

Après 5 ans dans le quartier, la boutique Maglia Rosa plie bagage et quitte Saint-Léonard. Le co-propriétaires montre du doigt un « manque de volonté » de l’arrondissement pour la revitalisation la rue Jean-Talon Est.

Yannick Perreault le dit d’emblée, son déménagement dans Rosemont a pour but de se rapprocher de sa clientèle. « Depuis qu’on est là, on regarde les codes postaux et on se rend compte que nos clients sont vraiment sur le Plateau, dans le Mile-End et dans Villeray », explique-t-il.

Toutefois, sa décision est aussi motivée par une frustration profonde. Il déplore le fait que malgré plusieurs promesses de l’arrondissement, rien n’est fait pour rendre l’artère commerciale de Saint-Léonard plus attrayante.  « Il y a eu des consultations publiques, mais les choses ne bougent pas », se désole celui qui est aussi sur le C.A. de la Société de développement commercial Jean-Talon Est (SDC).

« L’arrondissement de Saint-Léonard, si ça leur faisait vraiment quelque chose ce qui se passe sur la rue Jean-Talon, ils iraient au batte pour nous autres. Il est temps que ça bouge à Saint-Léonard, car ce n’est pas les gens en place qui vont faire des changements », lance-t-il avec frustration.

Propriétaire d’un magasin de vélo, M. Perreault aurait notamment souhaité voir apparaître une piste cyclable sur l’artère commerciale.

Une décision décevante, mais compréhensible
Le président de la SDC Jean-Talon Est, Paul Micheletti, a été déçu d’apprendre le départ de Maglia Rosa. « Je peux comprendre ses raisons. Si j’étais dans la situation, j’y penserais aussi », dit-il.

Micheletti partage le constat Yannick Perreault au sujet de la rue Jean-Talon Est. « Il y a un immobilisme clair de la part de l’arrondissement. Je ne crois pas que ce soit fait exprès. Je pense juste que ce n’est pas leur priorité », affirme le président de la SDC, qui est inquiet que rien ne bouge sur la rue d’ici la fin des travaux du prolongement de la ligne bleue.

Malgré tout, il a encore espoir que les choses peuvent changer. « Quand la rue est belle, ça attire plus de monde ; ça crée un engouement. Quand tu n’as pas ça, c’est plus difficile », soutient-il.

« On demande aux commerçants de nous faire confiance »
La directrice de l’aménagement urbain et des services aux entreprises de Saint-Léonard, Johanne Couture, s’est également dite déçue du déménagement de Maglia Rosa. « Chaque départ, c’est bien entendu une préoccupation. Son choix lui appartient et il faut rappeler que c’est une décision d’affaires : M. Yannick veut se rapprocher de sa clientèle », nuance-t-elle.

Mme Couture assure que la revitalisation de la rue Jean-Talon Est est une priorité pour l’arrondissement. Elle affirme toutefois qu’avec l’arrivée de la ligne bleue, il est nécessaire de coordonner les travaux de revitalisation. « Il faut prendre le temps de bien étudier la situation afin d’éviter des périodes de travaux à répétition sur la rue. »

Elle assure malgré tout que les commerçants n’auront pas à attendre la fin des travaux de la ligne bleue avant de voir le début de la revitalisation de l’artère commerciale. « Il va y avoir un nouveau corso à l’est de Lacordaire. On vient de conclure l’entente pour ça », cite-t-elle en exemple.

L’élargissement des trottoirs de la rue serait également dans les plans. « On sait que ça prend de la patience, je le concède, mais on demande aux commerçants de nous faire confiance, car il y a un projet structurant qui s’en vient », affirme-t-elle.

————————————————————————————————————————–

Au printemps 2017, la ville de Montréal avait annoncé en grande pompe un projet de revitalisation de 15M$ qui devait inclure notamment l’élargissement des trottoirs, la construction de saillies et la plantation d’arbres entre les boulevards Viau et Langelier. Or, les travaux qui devaient débuter en 2018 ont été remis à plus tard afin de les faire concorder avec les chantiers du prolongement de la ligne bleue du métro. La SDC avait alors demandé des aménagements temporaires, dont des placettes et des terrasses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *