Actulocal verdun
14:28 7 février 2017

Nourrir le corps et le cœur

Nourrir le corps et le cœur
Photo: Andréanne Moreau/TC Media

En voyant une immigrante égyptienne, une médecin autrichienne et une conseillère d’arrondissement s’affairer autour des chaudrons dans le local de la Mission de l’Église Southwest United, à Verdun, on comprend rapidement qu’on a découvert un endroit unique en son genre. Tout le monde est invité à partager le repas concocté collectivement, peu importe sa langue maternelle, sa religion ou son statut social.

«J’ai parfois l’impression de faire de l’économie de guerre en essayant de tout récupérer. Mais c’est fou comme on réalise que, avec un peu de technique, ce n’est pas cher de faire des repas sains et délicieux», commente Léonore Pion.

Aux commandes dans la cuisine, l’ancienne journaliste devenue cuisinière en 2013 lance quelques ordres, bien gentiment. C’est elle qui est à l’origine de ces dîners et qui planifie bénévolement les achats et les menus en essayant de faire beaucoup avec un tout petit budget.

Devant les fourneaux, son équipe est tout sourire. Dre Anette Schmidt ajuste l’assaisonnement de la salade de haricots pendant que Marwa Ismail, originaire du Caire, met les pains maison au four. Toutes deux apprennent beaucoup auprès de Mme Pion et sont visiblement heureuses de constater le succès de leur soupe à l’oignon.

«On nourrit l’estomac avec de la bonne nourriture, et on nourrit les cœurs en discutant avec nos voisins de table. C’est ça, l’esprit de ce dîner», résume le pasteur de Southwest United, David Lefnefski.

Derrière un paravent, le chœur d’enfants de l’église tient sa pratique hebdomadaire, se chargeant de l’ambiance en entonnant des chants populaires, leur chef Sarah Fraser assise au piano. Une fois qu’ils ont terminé, ils se joignent aux autres convives, qui les complimentent pour leur travail.

Manger mieux
À côté de la grande table communale, Sheila Morrison et Maurice Tringle installent leur marché. Des choux de Bruxelles, des carottes, des pommes remplissent les paniers.

«C’est incroyable qu’on en ait autant pour si peu d’argent», s’étonne une cliente qui part avec son sac bien rempli. C’est que les fruits et légumes sont achetés en gros directement du producteur.

«Notre but, c’est que les familles de Verdun puissent manger santé sans se ruiner», lui explique M. Tringle entre deux plaisanteries à sa belle-sœur, Mme Morrison.

Les pâtisseries que cette dernière cuisine pour le marché valent à elles seules le détour. Pains aux bananes, muffins, biscuits, ses petites gâteries s’envolent comme les petits pains chauds sur la table communautaire, juste à côté.

Voir grand
Mme Pion travaille présentement à unir toutes les cuisines collectives et communautaires de l’arrondissement dans un seul réseau afin de leur permettre de grandir plus rapidement.

Idéalement, elle souhaiterait qu’un animateur de cuisine soit engagé à temps plein par l’arrondissement afin de se charger de toutes ces activités.

Elle s’est assurément gagné l’appui de la conseillère d’arrondissement Marie-Ève Brunet, qui a eu un coup de cœur pour ces dîners communautaires cet automne et les fréquente depuis.

«C’est vraiment une petite trouvaille exceptionnelle, un secret qui vaut la peine d’être découvert», s’enthousiasme-t-elle.

L’arrondissement ayant mis dans ses objectifs pour l’année 2017 la mise en place d’une politique en sécurité alimentaire, le souhait de Mme Pion pourrait bien se réaliser bientôt.

Le dîner communautaire se tient un mercredi sur deux, dans les locaux de la Southwest Mission à l’école Verdun Elementary.