Actualités

Riverview, version 2.0

Riverview, version 2.0
Photo: Isabelle Bergeron/TC Media

Un an après avoir été menacée de fermeture, l’école primaire anglophone Riverview, à Verdun, est sur une nouvelle lancée. Grâce aux efforts de deux mères, l’établissement a obtenu une bourse privée d’une valeur de plus de 10 000$ en matériel informatique, lui permettant d’adhérer à un programme technologique qui le distingue. Davantage d’élèves pourraient ainsi venir y étudier.

Depuis plusieurs années déjà, le personnel et les parents doivent se battre pour garder l’école Riverview ouverte et offrir de meilleurs services à ses 200 élèves. Les activités de financement ont été nombreuses, mais aucune n’avait jusqu’à maintenant eu une portée aussi grande.

Les 20 iPads et 22 ordinateurs Chromebook reçus grâce à la bourse  Power up, remise par les compagnies spécialisées en informatique Softchoice et Lenovo, vient changer la donne.

«J’aimerais beaucoup que cette acquisition nous permette d’attirer des élèves en plus grand nombre et puisse assurer la survie de l’école», confie la directrice, Deborah Dixon, qui rêve de voir une file d’attente devant son établissement scolaire pendant la période d’inscription, comme c’est le cas à Royal Vale, par exemple.

Match parfait
La rédaction d’une demande de bourse étant complexe, Tara MacDonald et Christine Lemoyne, deux mères très impliquées dans la vie scolaire, se sont chargées de cette tâche délicate. Elles ont pu mettre à profit leur expérience acquise dans le domaine communautaire.

Pendant leurs recherches pour étoffer leur lettre, elles ont découvert que de nombreux élèves de Riverview n’avaient pas accès à des ordinateurs ou à Internet à la maison.

«C’est un désavantage énorme pour eux, quand ils arrivent au secondaire, puis au collégial», déplore Mme Lemoyne. Ce fut un argument majeur pour l’obtention de la bourse.

«Ça faisait de Riverview un match parfait, puisque ce matériel informatique avait la possibilité de transformer complètement le visage de l’école et l’avenir de ses élèves», soutient Mme MacDonald.

Atteindre l’équilibre
L’arrivée de toute cette technologie fait bien sûr appel à la capacité d’adaptation du personnel enseignant, qui apprend lui aussi à utiliser efficacement ce nouvel équipement.

«On est en train de voir s’il n’est pas préférable, par exemple, que les élèves travaillent à deux par ordinateur afin de favoriser les échanges verbaux et la collaboration. Il faut aussi trouver un équilibre entre la technologie et les méthodes traditionnelles. Après tout, il faut qu’ils apprennent à écrire et à lire, pas seulement à coder», commente Mme Dixon.

Mais le quotidien des élèves est déjà changé, pour le mieux, selon ce que constate Mme Lemoyne. «Mon fils, qui n’était pas le plus enthousiaste à l’école, arrive maintenant à la maison en nous racontant sa journée, ne rechigne plus les matins de semaine. Ç’a changé son attitude et sa motivation du tout au tout», assure-t-elle.

Mmes Lemoyne et MacDonald ont d’autres demandes pendantes, dont une pour obtenir des instruments de musique.

Riverview est une des sept écoles d’Amérique du Nord et la seule au Québec à avoir bénéficié du programme de bourses Power up cette année.