Actualités
16:56 5 février 2019 | mise à jour le: 6 février 2019 à 22:28 Temps de lecture: 2 minutes

Langues autochtones: le projet de loi libéral n’a pas l’appui des Inuits

Langues autochtones: le projet de loi libéral n’a pas l’appui des Inuits
Photo: Pablo Rodriguez. Photo: La Presse canadienneMinister of Canadian Heritage and Multiculturalism Pablo Rodriguez responds to a question during Question Period in the House of Commons Friday November 23, 2018 in Ottawa. A national Inuit organization says it is disappointed in the Indigenous languages legislation the federal Liberals are introducing today. THE CANADIAN PRESS/Adrian Wyld

Malgré de longues consultations avec trois grandes associations, le projet de loi sur les langues autochtones déposé mardi par le ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, ne fait pas l’unanimité.

Il s’agit d’un acte manqué, selon l’Inuit Tapiriit Kanatami qui aurait voulu que l’inuktut obtienne le statut de langue officielle au même titre que le français et l’anglais.

Le projet de loi C-91 prévoit un financement «adéquat, stable et à long terme» pour «la réappropriation, la revitalisation, le maintien et le renforcement» des 90 langues autochtones parlées un peu partout au pays. Il incite également les institutions fédérales à traduire certains de leurs documents et à offrir des services d’interprétation. Le poste de commissaire aux langues autochtones serait créé pour promouvoir ces langues, agir en tant que médiateur en cas de différend et surveiller l’efficacité du financement fédéral.

Le projet de loi a été salué par les deux autres associations qui ont participé à cet effort conjoint, soit l’Assemblée des Premières Nations et le Métis National Council. La représentante de l’association métisse a parlé «d’une journée historique» qui permettrait d’assurer la pérennité de leurs langues dont la survie est menacée.

Articles similaires