Actualités

BIXI à l’année: une possibilité analysée par la Ville

BIXI à l’année: une possibilité analysée par la Ville
Photo: Pablo A. Ortiz

Les vélos en libre-service de BIXI devraient-ils circuler été comme hiver sur les pistes cyclables de la métropole? La Ville de Montréal sera appelée à trancher cette question alors que l’organisme responsable de ce service lui a remis une étude portant sur cette possibilité.

À la demande de la Ville, BIXI Montréal a réalisé une étude portant entre autres sur les coûts qui seraient reliés à la décision de garder les bornes d’ancrage du service en place 12 mois par année. Actuellement, ces vélos peuvent seulement être aperçus sur les pistes cyclables de la métropole de la mi-avril à la mi-novembre.

«On a terminé notre rapport […] On est en discussion avec la Ville pour voir ce que ça impliquerait en termes de coûts», a confié à Métro le directeur général de BIXI Montréal, Christian Vermette.

Cette étude, qui a été réalisée en collaboration avec les organismes Vélo Québec et Cyclochrome, a notamment permis de prédire l’achalandage que connaîtrait le service BIXI s’il était offert en hiver.

Pour réaliser cette prévision, les organismes se sont basés sur les «données d’utilisation» provenant des compteurs des différentes pistes cyclables de la métropole, a précisé M. Vermette.

«Si tu appliques [ces données] à BIXI, c’est facile de voir qu’il y aurait moins de monde [en hiver]», a-t-il constaté.

«Il y a plusieurs coûts qui se rajoutent pour très peu de déplacements», a noté M. Vermette, ajoutant qu’il «revient à la Ville de décider» si les vélos de BIXI mériteraient d’être déployés à l’année.

«Nous allons prendre le temps d’analyser l’étude, qui fait certaines recommandations.» -Laurence Houde-Roy, attachée de presse du comité exécutif

Dans le cadre de cette étude, qui demeure confidentielle, des usagers de BIXI ont également été consultés afin de sonder leur intérêt pour le déploiement de ce service en hiver, a souligné le directeur des communications de l’organisme, Pierre Parent.

Nombreux défis
Si le service cessera de nouveau à la mi-novembre cette année, c’est notamment parce que tant les bornes d’ancrage que les vélos de l’organisme ne sont pas adaptés aux conditions hivernales.

«Il faudrait adapter les vélos en partant. Comme pour les voitures, ça leur prendrait des pneus d’hiver», a souligné M. Parent. Ce dernier a également noté que les bornes d’ancrage devraient probablement être modifiées pour pouvoir accueillir des vélos munis de ce type de pneus.

L’entretien de ces bicyclettes deviendrait par ailleurs plus coûteux en raison du «facteur sel» et des dépenses seraient à prévoir pour «le déneigement» autour des stations, a par ailleurs souligné Christian Vermette.

Expansion
Afin de marquer le lancement de sa 11e saison, BIXI a décidé de rendre ses vélos accessibles gratuitement l’espace d’une journée, dimanche.

«On voulait faire un petit cadeau à notre clientèle […] On savait qu’il allait faire beau cette fin de semaine, donc on a décidé de remercier notre clientèle avec le service gratuit», a déclaré M. Vermette.

En plus d’ajouter 1000 vélos à sa flotte, l’organisme a décidé d’étendre son service à cinq nouveaux arrondissements, soit ceux de Lachine, de Saint-Laurent, de Montréal-Nord, d’Anjou et de Saint-Léonard.

BIXI, qui a renouvelé pour 10 ans son entente avec la Ville en janvier, envisage également d’ajouter de façon permanente des vélos électriques à sa flotte après avoir réalisé un projet pilote «concluant» l’été dernier.

«On est en discussions avec la Ville pour le scénario 2019-2020», a indiqué M. Vermette.

Dans son programme triennal d’immobilisations, la Ville de Montréal a prévu des investissements de 15 M$ d’ici 2021 dans le développement et l’expansion du système de vélo en libre service.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Yannick P

    Attention, les Bixis sont présentement en service jusqu’à la mi-novembre, et non la mi-octobre, comme laisse présager l’article.