Économie

Montréal reste compétitive malgré un contexte économique difficile

Montréal reste compétitive malgré un contexte économique difficile
Photo: Yves Provencher/Métro

La majorité des multinationales installées dans la région métropolitaine compte y investir au cours des cinq prochaines années.

Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), Michel Leblanc, avait de quoi se réjouir lundi. «58% des grandes entreprises ou de leurs filiales étrangères ont un projet d’investissement dans la métropole, c’est une bonne nouvelle», s’est-il réjouit à la lecture de l’étude portant sur la compétitivité de l’environnement d’affaires de la région métropolitaine de Montréal, dévoilée lundi.

L’étude consiste à sonder les perceptions de 103 dirigeants de multinationales ou de leurs filiales installées dans la métropole.

«Les faits, mais aussi la perception des décideurs, sont des facteurs très importants dans les choix stratégiques que fait une entreprise», indique M. Leblanc. Surtout que ces entreprises représentent 55 000 emplois, plutôt bien payés (9% de la main d’œuvre, mais 20% du PIB de la région).

La métropole dispose de plusieurs atouts qui intéressent les entreprises étrangères. La main d’œuvre y est de qualité grâce à son réseau universitaire et son bilinguisme. Les coûts d’exploitation y sont très compétitifs. La métropole figure ainsi en 3e position parmi 100 villes de dix pays, mais «même les dirigeants étrangers installés ici sont moins conscients de cela qu’on le pensait», a précisé M Leblanc.

Parmi les mauvaises nouvelles, 94% des dirigeants interrogés pensent que l’environnement d’affaires ne s’est pas amélioré depuis cinq ans. De ce nombre, 34% pense que la situation s’est même détériorée. L’état des infrastructures figure en tête de liste des raisons, devant la hausse du dollar canadien face au dollar américain qui nuit à la compétitivité.

Dans un contexte de récession, les métropoles sont devenues de plus en plus agressives pour attirer les entreprises sur leur territoire, selon M. Leblanc. Il a donné l’exemple de l’usine Électrolux qui a quitté Montréal pour Memphis en échange de plus de 100M$.

Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain recommande donc de nouveau de prendre les mesures nécessaires pour augmenter l’attractivité de la métropole. Cela passe, selon lui, par une hausse du taux de diplômés, du nombre d’immigrants qualifiés, par l’augmentation de l’aide financière aux entreprises étrangères et par davantages d’efforts mis sur la rétention des entreprises déjà installées ici.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *