Ahuntsic-Cartierville

La mode, un secteur qui promet

La mode, un secteur qui promet
Photo: Amine Esseghir/Courrier AhuntsicDebbie Zakaïb est directrice de #mmode, la Grappe métropolitaine de la mode. Elle publie annuellement Montréal Style, un magazine bilingue de luxe qui présente les tendances et les innovations en matière de mode dans la métropole.

L’arrivée d’un acteur majeur dans le domaine de l’industrie textile à Chabanel est un signe de bonne santé du secteur de la mode montréalais. C’est ce que croit Debbie Zakaïb, directrice de #mmode, la Grappe métropolitaine de la mode.

«Quand s’installent des Canada Goose dans un quartier, c’est le signe qu’on peut faire revivre ce quartier qui a besoin d’amour et d’investissements», indique Mme Zakaïb.

Elle rappelle que l’entreprise ontarienne, spécialisée dans la fabrication de manteaux, a annoncé dès le départ qu’elle comptait recruter 650 personnes dans ses installations de Montréal, d’ici un an.

«Il faut mentionner que Canada Goose assure la formation de ses employés en entreprise. Ils se donnent les moyens de leurs ambitions.» Une démarche qu’elle veut souligner, car cette compagnie, comme les autres de ce secteur, a besoin de recruter.

«Il y a un manque incroyable en ressources humaines, relève-t-elle. Nous faisons face à une pénurie de main-d’œuvre que ce soit au niveau de la manufacture, au niveau des postes de gestion ou même de création.»

C’est un défi auquel est confronté le secteur et qui paradoxalement démontrer sa bonne santé économique. À l’organisme #mmode on semble très conscient de la situation et on travaille en ce sens, assure sa directrice.

«La grappe de la mode est une plateforme ou des entreprises travaillent en commun sur des projets pour permettre à l’industrie qu’elle soit plus compétitive internationalement, dit Mme Zakaïb. On veut s’assurer que les entreprises connaissent les ressources existantes pour mieux se développer.»

Rayonner

Selon un classement établi en 2018, Montréal est 41e parmi les grandes villes de la mode dans le monde. Elle a gagné 11 places en une année dans cet inventaire établi par le Global Language Monitor (GLM), une compagnie américaine qui collecte les données des médias pour élaborer ses classifications.

«Nous sommes un hub dans le secteur et la troisième ville en Amérique du Nord pour la manufacture de vêtements après Los Angeles et New York», note Mme Zakaïb.

Selon elle, Montréal est aussi une porte d’entrée des Européens au marché américain. Mme Zakaïb a participé du 5 au 7 février, avec plusieurs entreprises montréalaises, au Magic Las Vegas, l’évènement biannuel de la mode qui existe depuis les années 1930.

«Nous avons mené une mission exploratoire pour une douzaine de jeunes  entrepreneurs avec un programme spécial pour eux, mentionne-t-elle. Ils ont appris comment se préparer pour une foire ou comment se présenter. Certains n’avaient même pas de kiosques et ils ont pu faire des ventes.»

Signe pour elle que la mode à Montréal vit de beaux jours et que son avenir est prometteur.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *