Économie

La souveraineté, ça rapporterait combien?

La souveraineté, ça rapporterait combien?
Photo: Collaboration spéciale

Lors des référendums de 1980 et 1995, les fédéralistes mettaient en gardes les Québécois contre le risque de se séparer du Canada. En 2012, Stéphane Gobeil avance l’idée que le risque est plutôt rester dans le Canada.

Dans le livre Un gouvernement de trop, qui sort mercredi, l’ancien directeur du service de recherche du Bloc Québécois et l’actuel conseiller au Cabinet de Pauline Marois, fait la démonstration que la souveraineté permettrait d’épargner des sommes «colossales». Métro s’est entretenu avec M. Gobeil.

Vous dites que l’on ne scrute pas avec la même rigueur les dépenses du gouvernement fédéral que celles du Québec.
Oui, probablement parce le Québec est détaché de ce qui se passe à Ottawa. Dans notre vie politique, sociale, médiatique et culturelle, on est déjà séparé du Canada sauf qu’on continue d’envoyer des dizaines de milliards à Ottawa. Et au Québec, il n’y a pas grand monde qui est au courant du fait que les dépenses du fonctionnement de la machine bureaucratique à Ottawa ont doublé en une dizaine d’années et personne ne s’en préoccupe.

Mais le Québec profite aussi de la péréquation. En 2010, il a reçu 7,6 G$ du fédéral, tout en y contribuant à hauteur de 3 G$. La péréquation a donc rapporté 4,6 G$ au Québec.
En examinant les comptes publics, on se rend compte qu’on serait gagnant. En renonçant à la péréquation, en conservant toutes les dépenses du gouvernement du Québec, en assumant tous les transferts fédéraux et en éliminant les chevauchements dans la bureaucratie, on dégage une marge de manœuvre de 2 G$.

En résumé, on ne perdrait pas d’argent en devenant indépendant?
Non seulement on n’en perdra pas, mais on en gagnera. Sur le plan financier, mais aussi sur le plan économique car on pourra prendre des décisions qui sont conformes à nos intérêts économiques. Ce n’est pas le cas actuellement. Quand un gouvernement fédéral donne 10 G$ à l’industrie de l’auto en Ontario et refuse d’aider l’industrie forestière et manufacturière au Québec…on voit bien qu’on serait gagnant d’un point de vue économique. Et on allègerait de beaucoup le fardeau bureaucratique des Québécois.

Et qu’arriverait-il aux pensions de retraite?
Un Québec souverain assume entièrement ses pensions sans retirer un cent. Le fardeau s’est renversé. En 1980, Jean Chrétien disait que si le Québec se sépare, les personnes âgées ne toucheront plus leurs pensions, c’était de la démagogie pure. Mais aujourd’hui, c’est le gouvernement Harper qui a annoncé une réduction des pensions de vieillesse. De nos jours, le vrai risque, c’est de demeurer dans le Canada.

Et qu’arriverait-il avec la dette du Canada?
La dette est une dette canadienne. Évidemment le Québec va offrir au Canada d’assumer sa part de la dette, mais il faudra que le Canada accepte de négocier. Dans le débat politique, des gens laissent entendre qu’ils ne négocieront pas si le Québec vote «oui». Mais si le Canada refuse de négocier, il gardera sa dette. Alors, évidemment, ils négocieront. Et on assumera notre part. Si on fait une comparaison internationale […] le Québec se retrouverait en meilleur posture que 6 des 7 pays du G7.

Quelques chiffres

  • En se débarrassant de l’Agence du revenu du Canda, le Québec économiserait 666 M$.
  • En éliminant la part du Québec dans les dépenses liées au Gouverneur Général, le Québec économiserait 4 M$.
  • En 2010, le gouvernement fédéral a dépensé 274 G$.
  • Depuis l’arrivée au pouvoir des conservateurs en 2006, les dépenses fédérales ont augmenté de 66 G$, une hausse de  32%.