Monde
20:56 4 avril 2018 | mise à jour le: 4 avril 2018 à 22:24 Temps de lecture: 3 minutes

Trump dépêche la Garde nationale à la frontière mexicaine

Trump dépêche la Garde nationale à la frontière mexicaine
Photo: The Associated PressFILE--In this June 12, 2006, file photo, Army National Guard Spc. Gustavo Gutierrez, 23, of Las Cruces, N.M., scans the U.S./Mexico border from the top of Radar Hill, near Columbus, N.M. In his threat Tuesday, April 3, 2018, to use the military on the U.S.-Mexico border until his promised wall is built, President Donald Trump again heaped blame on his predecessor, Barack Obama, and congressional Democrats for creating a dangerous and dysfunctional border. (Norm Dettlaff/Las Cruces Sun-News via AP, file)

WASHINGTON — Le président Donald Trump a signé une déclaration ordonnant le déploiement de la Garde nationale à la frontière avec le Mexique, mercredi, en attendant de construire le mur qu’il veut ériger entre les deux pays.

M. Trump a indiqué mercredi dans une note à ses secrétaires à la Défense et à la Sécurité intérieure et à son procureur général que la «situation à la frontière avait désormais atteint un point critique».

La secrétaire à la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, a indiqué avoir discuté avec des gouverneurs d’États frontaliers du sud-ouest et avoir travaillé avec eux pour développer des accords sur les lieux et le nombre de membres de la Garde nationale qui seront déployés.

Mme Nielsen a laissé entendre que certains soldats pourraient être déployés dès mercredi soir, bien que d’autres responsables de l’administration aient prévenu que des fils devaient encore être noués.

Le document ordonne au secrétaire à la Défense d’appuyer le département de la Sécurité intérieure dans la sécurisation de la frontière mexicaine pour stopper la circulation des drogues et des personnes.

Et il ordonne au département de soumettre un rapport d’ici 30 jours précisant quelles autres mesures peuvent être prises.

M. Trump a affirmé que le «non-droit» à la frontière était «fondamentalement incompatible avec la sécurité et la souveraineté de la population américaine». Et il a ajouté que son administration n’avait d’«autre choix que d’agir».

La veille, M. Trump avait déclaré qu’il avait discuté de cette idée avec son secrétaire à la Défense, le général James Mattis. Ce déploiement de l’armée à la frontière est une mesure «majeure» qui a rarement été utilisée par le passé, a-t-il souligné.

Les États-Unis ont déjà envoyé des militaires de la Garde nationale à la frontière. En 2006, lors de l’opération Jump Start, 6000 soldats avaient été déployés pour resserrer la sécurité autour de la frontière. Leur nombre avait chuté de moitié l’année suivante.

Pendant deux ans, environ 29 000 soldats de la Garde nationale avaient participé aux missions, puisque les troupes se relayaient.

Pendant cette période, plus de 48 kilomètres de clôture et environ 20 kilomètres de route avaient été construits, en plus des quelque 138 kilomètres de barrières pour les véhicules qui avaient été installées.

Articles similaires