Monde
16:56 10 mai 2018 | mise à jour le: 11 mai 2018 à 11:28 Temps de lecture: 2 minutes

République démocratique du Congo: une coiffure afro fait polémique sur un campus

République démocratique du Congo: une coiffure afro fait polémique sur un campus
Photo: Getty Images/iStockphotoAfrican American Woman

Une étudiante congolaise a lancé une polémique en se plaignant d’avoir été empêchée de rentrer sur un campus de Kinshasa en raison de sa coiffure naturelle style « Afro », un des symboles de l’identité des femmes noires.

Depuis quelques années, des femmes congolaises tendent à abandonner les cheveux artificiels (extension, défrisage ou perruques) au profit de leur chevelure naturelle, dont l’activiste afro-américaine Angela Davis avait fait un symbole du « black power » dans les années 70 aux Etats-Unis.

À Kinshasa en 2018, c’est le cas de Charlotte, 26 ans, étudiante en économie à la très sélecte Université catholique du Congo (UCC): « À l’entrée du campus, les gardiens m’ont dit : on n’entre pas avec ce genre de coiffure ici », a-t-elle déclaré à l’AFP.

« J’ai cherché à comprendre le pourquoi de cette interdiction. Pour eux, mes cheveux étaient en désordre et on m’a demandé de bien les peigner. J’étais obligée de changer de coiffure. C’est pourquoi je me suis plainte sur ma page Facebook », raconte-t-elle.

Son post avec ses cheveux touffus a été largement partagé sur le réseau social Twitter.

« Scandaleux ! (Il) faut faire quelque chose », écrit sur son compte Jean-Mobert Senga, du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha).

L’UCC « ne s’oppose ni n’interdit les cheveux naturels africains » mais « exige que les cheveux soient peignés, c’est une exigence de propreté et de décence publique », a expliqué le professeur Jean Onaotsho, secrétaire général académique de cette institution, interrogé par l’AFP.

« Nous devons préserver les mœurs africaines dans cette société congolaise qui en a réellement besoin », a-t-il répondu à l’AFP.

Université de renom en RDC, l’UCC est réputée être une institution élitiste.

« Selon les règlements de l’Université, on n’a pas le droit de venir au cours sans se coiffer mais avec mes cheveux naturels, on a l’impression qu’ils ne sont pas bien peignés », selon Charlotte.

Articles similaires