Monde
14:17 22 juillet 2018 | mise à jour le: 22 juillet 2018 à 14:17 Temps de lecture: 2 minutes

Syrie: raid israélien contre un site militaire du régime

Syrie: raid israélien contre un site militaire du régime
Photo: AFPA picture taken on July 22, 2018 from the Israeli-annexed Golan Heights shows smoke rising across the border in Quneitra in southwestern Syria, as rebels destroy their arms stocks prior to their departure. Rebel fighters and civilians began on July 20 evacuating from Quneitra province on their way to opposition territory further north in Idlib province under a surrender deal agreed between Russia and the rebels, seeing the sensitive zone fall back under state control. / AFP PHOTO / JALAA MAREY

Un raid aérien israélien a visé dimanche une « position militaire » du régime de Bachar al-Assad dans l’ouest de la Syrie, ont rapporté les médias d’Etat syriens.

« Une de nos positions militaires à Massyaf a essuyé une agression aérienne israélienne », a rapporté l’agence de presse officielle Sana, citant une source militaire qui rapporte « uniquement des dégâts matériels ».

Une porte-parole de l’armée israélienne s’est refusée à tout commentaire alors que l’Etat hébreu confirme rarement ses incursions militaires chez son voisin syrien.

« Le site visé dimanche est un atelier supervisé par les Iraniens, où sont fabriqués des missiles sol-sol à courte portée », a de son côté affirmé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une ONG qui dispose d’un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

« Des forces iraniennes et du mouvement libanais du Hezbollah sont stationnées dans ce secteur », a précisé à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. L’Iran et le Hezbollah libanais, deux ennemis d’Israël, sont les principaux alliés du régime syrien au côté de la Russie.

Ces derniers mois, Israël a intensifié ses frappes contre des positions militaires du régime mais aussi contre les forces iraniennes présentes en Syrie, l’Etat hébreu martelant à plusieurs reprises son refus de voir la Syrie devenir une tête de pont pour Téhéran.

La région de Massyaf accueille également une branche du Centre de recherches et d’études scientifiques de Syrie (SSRC), déjà pris pour cible en septembre 2017 par un raid de l’armée israélienne.

Cet organisme est accusé par les Etats-Unis d’aider à développer du gaz sarin et d’être chargé de la fabrication d’armes chimiques, mais le pouvoir syrien dément recourir à un tel arsenal.

A la mi-juillet, un raid imputé à Israël et visant un site militaire dans la province d’Alep (nord) a tué au moins neuf combattants prorégime, dont trois étrangers, selon l’OSDH.

Le raid de dimanche intervient alors qu’Israël vient d’assurer l’évacuation vers la Jordanie de centaines de Casques blancs, des secouristes volontaires engagés dans les zones rebelles en Syrie, qui semblaient pris au piège dans le sud du pays face à une offensive du régime.

Articles similaires