Monde
17:47 29 octobre 2018 | mise à jour le: 29 octobre 2018 à 18:08 Temps de lecture: 2 minutes

Caravane de migrants: les États-Unis envoient plus de soldats à la frontière

Caravane de migrants: les États-Unis envoient plus de soldats à la frontière
Photo: The Associated PressA new group of Central American migrants who waded in mass across the Suchiate River, that connects Guatemala and Mexico, walk in single files after making it to shore in Ciudad Hidalgo, Mexico, Monday, Oct. 29, 2018. The first group was able to cross the river on rafts — an option now blocked by Mexican Navy river and shore patrols. The migrants were initially blocked by a wall of Mexican Federal Police, but then eventually allowed passage. (AP Photo/Santiago Billy)

WASHINGTON — Le département américain de la Défense annonce qu’il déploie 5200 soldats à la frontière du sud afin de «renforcer» la sécurité, alors qu’une caravane de migrants traverse le Mexique en direction des États-Unis.

Le général Terrence O’Shaughnessy a déclaré aux journalistes que 800 soldats étaient en chemin, lundi. Le reste des troupes arrivera à la frontière d’ici la fin de la semaine.

Ces effectifs s’ajoutent aux quelque 2000 membres de la Garde nationale qui fournissent déjà de l’aide à la frontière. Ces troupes serviront à un «rehaussement des capacités de la mission», et seront armées, ont indiqué des responsables.

Le groupe de migrants qui a fui l’Amérique centrale se déplace lentement en direction du nord. Le nombre de personnes faisant partie de la caravane varie avec le temps.

Le président Donald Trump tente de tirer avantage des mouvements de la caravane à une semaine des élections de mi-mandat.

Lundi, il a intensifié ses menaces, qualifiant cette démarche «d’invasion».

«Plusieurs membres de gangs et plusieurs mauvaises personnes se mélangent à la caravane qui se dirige vers notre frontière du sud», a déclaré le président sur Twitter.

«S’il vous plaît, rebroussez chemin, vous ne serez pas admis aux États-Unis si vous ne passez pas par le processus légal. C’est une invasion de notre pays et notre armée vous attend!»

Articles similaires