Monde
23:10 15 décembre 2013 | mise à jour le: 16 décembre 2013 à 10:42 Temps de lecture: 3 minutes

D’un garage jusqu’à Google: récit d’une réussite au féminin

D’un garage jusqu’à Google:  récit d’une réussite au féminin
Photo: Karl Mondon

L’audacieuse décision prise par Susan Wojcicki de se joindre à une jeune entreprise appelée Google était bonne: aujourd’hui, elle est une des femmes les plus puissantes du monde publicitaire.

Susan Wojcicki fait partie de la royauté de Silicon Valley. Ses deux sœurs et elle ont grandi sur le campus de l’Université Stanford où leur père, Stanley, enseignait la physique. Les trois filles ont toutes de brillantes carrières dans des domaines dominés par les hommes.

«Nous étions entourées par des passionnés qui consacraient leur vie à leur champ d’études», explique Wojcicki. Cela nous a aidées à choisir un domaine dans lequel nous voulions nous investir à 100 %.»

Stanley Wojcicki aussi a connu un parcours de pionnier: à 12 ans, il a fui sa Pologne natale dans un bateau naviguant vers la Suède. Sa mère et son frère l’ont rejoint – mais pas son père, un ancien ministre. La famille avait été informée que le navire possédait quatre places: il n’en avait que trois. Le père de Stanley s’est sacrifié et n’a jamais été capable de rejoindre les siens.

Wojcicki décrit sa mère, Esther, comme «toujours volontaire pour jouer les agitatrices, toujours prête à dénoncer les choses, à prendre le chemin le moins traditionnel. D’une certaine manière, cela nous a permis de faire les choses à notre façon.»

Avec ce bagage, Wojcicki a choisi une carrière en technologie, à une époque où il était très rare de voir des femmes choisir cette voie. «Quand j’ai commencé à m’intéresser à la technologie, la majorité des gens ne comprenaient pas pourquoi», dit-elle. Les gens se demandaient pourquoi je voulais passer tout mon temps derrière un ordinateur et ils s’étonnaient que moi, si sociable et créative, je veuille aller dans ce domaine de geek».

«Mais je voyais la technologie comme un domaine créatif qui me permettrait de créer des choses qui seraient utilisées par des gens partout dans le monde».

Après avoir loué son garage de Palo Alto à Larry Page et Sergey Brin, les deux cofondateurs de Google qui utilisaient le modeste local comme premier bureau, en 1998, elle s’est jointe à la petite compagnie. «Je voyais bien qu’ils étaient capables de créer quelque chose qui pouvait devenir vraiment important, et je voulais en faire partie», explique-t-elle. La raison pour laquelle je croyais à ce projet, c’est qu’il était en pleine croissance, même sans publicité ou mise en marché».

«Le projet comblait aussi un vrai besoin. Les gens voulaient obtenir de l’information, et Google permettait de faire des recherches bien plus poussées que tous les autres moteurs de recherche».

La sœur de Susan, Anne, s’est mariée à Sergey Brin. Ils sont maintenant séparés. La troisième sœur de la fratrie, Janet, est professeure de pédiatrie à l’Université de Californie, à San Francisco. Et Susan est classée 30e sur la liste Forbes des 100 femmes les plus puissantes du monde.

À lire
Susan Wojcicki de Google: «Nous créons le futur»

Articles similaires