Monde
21:15 7 mai 2015 | mise à jour le: 8 mai 2015 à 10:59 Temps de lecture: 2 minutes

Une planche de salut pour les petites Afghanes

Une planche de salut pour les petites Afghanes
Photo: Jessica Fulford-Dobson“Skate Girls of Kabul” photo series. Credit: Jessica Fulford-Dobson

Des Afghanes à fond la planche!
Pour les femmes d’Afghanistan, le vélo est proscrit. Mais aucune loi ne leur interdit de faire de la planche à roulettes! Les prouesses de ces fillettes afghanes ont été captées par la photographe Jessica Fulford-Dobson, qui a visité Skateistan, une ONG de Kaboul qui fait la promotion de l’éducation grâce à la planche.

Entrevue avec Jessica Fulford-Dobson, photographe vivant à Londres

Qu’est-ce qui vous a menée jusqu’à Kaboul?
Je suis tombée il y a environ deux ans et demi sur minuscule article de journal consacré aux filles qui font de la planche à Kaboul. La seule idée que des Afghanes puissent faire du skateboard m’a fascinée, et je trouvais que c’était une honte qu’un reportage aussi visuellement intéressant se retrouve dans une brève. Nous n’entendons, il me semble, que de mauvaises nouvelles sur l’Afghanistan; c’était donc rafraîchissant de lire quelque chose de différent. J’ai saisi ma chance de réaliser ce reportage sur ces fillettes exceptionnelles et sur ce pays magnifique ravagé par la guerre.

Aller en Afghanistan n’a pas dû être une sinécure…
Évidemment. Venir d’Occident, être une femme et travailler seule a été un défi. Il y avait tellement de scènes que j’aurais voulu capter, mais que je n’ai pas pu photographier! Je ne voulais pas prendre le risque que mes gestes soient mal interprétés. Malheureusement, ma première visite a coïncidé avec un mois particulièrement violent pendant lequel les talibans ont mené plusieurs attaques et attentats-suicides dans la ville. Ça aussi, c’était un défi…

L’optimisme que montrent ces enfants malgré la terrible violence dont elles ont souffert est absolument ahurissant. La majorité des étudiantes de Skateistan viennent de milieux défavorisés. La misère de ces enfants afghans m’a choquée, et elle m’a en même temps servi à mesurer pleinement l’importance de projets comme ce centre pour planchistes.

Quelles réactions espérez-vous susciter?
J’aimerais que les gens se reconnaissent eux-mêmes, ou reconnaissent leurs amis, leurs filles, leurs sœurs, dans le visage de ces fillettes.

Articles similaires