Monde
16:02 23 janvier 2016 | mise à jour le: 24 janvier 2016 à 08:19 Temps de lecture: 2 minutes

Haïti: Appel au calme de la communauté internationale

Haïti: Appel au calme de la communauté internationale
Photo: Dieu Nalio Chery/The Associated PressDemonstrators walk past a burning barricade during a street protest after it was announced that the runoff Jan. 24, presidential election had been postponed, in Port-au-Prince, Haiti, Friday, Jan. 22, 2016. The Provisional Electoral Council in Haiti has postponed the election amid escalating protests by the opposition, which claims the first round was marred by fraud in favor of a government-backed candidate. (AP Photo/Dieu Nalio Chery)

La communauté internationale a fait un appel au dialogue et au calme en Haïti, samedi, un jour après que le deuxième tour de l’élection présidentielle eut été reporté indéfiniment.

Les Nations unies, les États-Unis et les observateurs électoraux internationaux ont incité les acteurs politiques du pays à résoudre la crise électorale qui pourrait bientôt devenir une crise constitutionnelle.

Ils condamnent les manifestations violentes dans les rues, au cours desquelles les partisans de l’opposition ont allumé des feux et érigé des barricades dans la capitale, Port-au-Prince. Des bureaux électoraux ont également été incendiés ailleurs au pays.

Le conseil électoral haïtien a indiqué qu’il avait été forcé de reporter le deuxième tour de scrutin en raison d’un «environnement sécuritaire en détérioration».

Une autre manifestation avait lieu samedi pour réclamer le départ du président actuel, Michel Martelly, qui est censé quitter son poste le 7 février. On ne sait pas si un gouvernement intérimaire prendra le pouvoir à ce moment-là ou si une autre solution pourrait être négociée.

Quelques milliers de manifestants antigouvernementaux sont descendus dans les rues de Port-au-Prince. De jeunes hommes ont tiré des roches et incendié des barricades de pneus au centre-ville. Plusieurs ont appelé à de nouvelles élections et au départ immédiat de Michel Martelly.

Le candidat du parti au pouvoir Jovenel Moïse a dit avoir été consterné de voir un nouveau report du second tour sans que les autorités électorales ne déterminent une nouvelle date pour le scrutin. Le vote devait initialement se tenir le 27 décembre.

Jovenel Moïse, dont la position de tête au premier tour avait fait l’objet d’allégations de manipulation du vote, a affirmé aux journalistes qu’il était le choix populaire et a appelé à la tenue d’un second tour dans un délai rapproché et de manière pacifique.

«Notre génération a une responsabilité de montrer aux autres pays dans le monde que nous sommes une nation civilisée», a-t-il fait valoir.

Bon nombre d’Haïtiens sont exaspérés par les luttes politiques et les manifestations perturbatrices.

«Il semble que les politiciens veulent faire régresser (le pays)», a dit Karine Fenelon, en choisissant des oranges dans un marché.

Articles similaires