Monde
10:41 27 janvier 2016 | mise à jour le: 27 janvier 2016 à 10:42 Temps de lecture: 2 minutes

É-U: L’horloge de l’Apocalypse affiche toujours minuit moins trois

É-U: L’horloge de l’Apocalypse affiche toujours minuit moins trois
Photo: Jeff Chiu / The Associated PressThe Bulletin of the Atomic Scientists member Lynn Eden, right, and editor-in-chief John Mecklin, second from right, unveil the "Doomsday Clock," which measures the likelihood of a global cataclysm, at Stanford University in Stanford, Calif., Tuesday, Jan. 26, 2016. Also pictured are former U.S. Secretary of State George Shultz, from left, former U.S. Secretary of Defense William Perry, Gov. Jerry Brown, and Jerry Seelig. The bulletin announced that the minute hand on the metaphorical clock remained at three minutes-to-midnight. The clock reflects how vulnerable the world is to catastrophe from nuclear weapons, climate change and new technologies, with midnight symbolizing apocalypse. (AP Photo/Jeff Chiu)
STANFORD, Californie — L’horloge de l’Apocalypse, qui témoigne de l’éventualité d’un cataclysme planétaire, affiche toujours minuit moins trois, ont annoncé mardi des scientifiques américains.
Le Bulletin des scientifiques atomiques a toutefois prévenu qu’une hausse des tensions entre la Russie et les États-Unis, le récent essai nucléaire nord-coréen et le manque d’agressivité dans la lutte aux changements climatiques représentent des menaces graves pour la planète.
L’horloge témoigne de la vulnérabilité de la Terre à une catastrophe nucléaire, environnementale ou technologique, et minuit symbolise l’Apocalypse. Le chercheur Lawrence Krauss a souligné que l’accord sur le nucléaire iranien et l’entente environnementale conclue à Paris représentent des pas dans la bonne direction.
Ces progrès sont toutefois plombés par une hausse des tensions entre l’Inde et le Pakistan, deux puissances nucléaires, et l’incertitude qui entoure le respect de l’entente de Paris. Les scientifiques responsables de l’horloge avaient avancé l’heure de minuit moins cinq à minuit moins trois l’an dernier. Ils avaient alors évoqué la menace des changements climatiques et la modernisation des armes nucléaires.
Certains experts croient toutefois que l’horloge est excessivement pessimiste et qu’elle ne tient pas suffisamment compte des progrès réalisés depuis 50 ans.

Articles similaires