Monde
11:52 11 février 2016 | mise à jour le: 11 février 2016 à 11:52 Temps de lecture: 3 minutes

Les ondes gravitationnelles prédites par Einstein ont été détectées

Les ondes gravitationnelles prédites par Einstein ont été détectées
Photo: APAudience members look at monitors displaying detected data which scientists say is proof of gravitational ripples, Thursday, Feb. 11, 2016, during a news conference at the National Press Club in Washington, just as Albert Einstein predicted a century ago. (AP Photo/Andrew Harnik)

WASHINGTON — Les ondes gravitationnelles prédites par Albert Einstein il y a cent ans ont finalement été détectées.

Il s’agit de vagues qui se propagent à travers l’espace-temps. Les scientifiques comparent ce moment à celui quand Galilée a observé les étoiles avec un téléscope pour la première fois.

La découverte de ces ondes, qui prennent naissance lors de violentes collisions au sein de l’univers, offrira aux astronomes une nouvelle manière d’explorer le cosmos. Pour eux, cela est comparable à l’arrivée du son au cinéma, puisque ces ondes sont la trame sonore du cosmos.

Un membre de l’équipe derrière cette découverte phénoménale, l’astrophysicien Szabolcs Marka de l’Université Columbia, a dit que les cieux ne seront plus jamais les mêmes, maintenant qu’on peut entendre la musique.

Une équipe internationale a utilisé l’observatoire LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave Observatory), un appareil ultra-sophistiqué de 1,1 milliard $ US, pour détecter les ondes gravitationnelles générées par la collision lointaine de deux trous noirs.

Certains scientifiques estiment que cette découverte est aussi importante que celle du Boson de Higgs, en 2012. D’autres disent qu’elle est encore plus importante.

“La seule comparaison possible est vraiment quand Galilée a pris son téléscope pour observer les planètes, a dit le physicien Abhay Ashtekar de l’Université Penn, qui n’a pas participé à cette découverte. Notre compréhension de l’univers vient de changer radicalement.”

Les ondes gravitationnelles, dont Einstein avait supposé l’existence dans le cadre de sa théorie de la relativité générale en 1916, sont des vagues incroyablement faibles qui se propagent dans l’espace-temps — une quatrième dimension difficile à imaginer qui combine le temps aux trois dimensions bien connues.

Quand des objets énormes mais compacts, comme des trous noirs ou des étoiles à neutrons, se heurtent, leur gravité envoie ces vagues à travers l’univers.

Les scientifiques avaient découvert des preuves indirectes de l’existence de ces ondes dans les années 1970 — des calculs avaient démontré qu’elles avaient un impact infime sur l’orbite de deux étoiles en collision — et ce travail avait été salué lors du prix Nobel de physique en 1993.

L’annonce de jeudi porte toutefois sur une détection directe de ces ondes, ce qui change tout.

“C’est une chose de savoir que les ondes sonores existent. C’en est une autre d’entendre la Cinquième symphonie de Beethoven, a illustré Marc Kamoinkowski, un physicien de l’université Johns Hopkins qui n’a pas participé à la découverte. Dans ce cas-ci, on peut entendre deux trous noirs qui fusionnent.”

La détection de ces ondes est si difficile qu’Einstein avait supposé, à l’époque, que les scientifiques n’y parviendraient peut-être jamais. Il s’était ensuite remis en question et avait même demandé, dans les années 1930, si elles existaient réellement, mais dans les années 1960 les chercheurs croyaient à leur existence, a dit M. Ashtekar.

Le LIGO est si sophistiqué qu’il a réussi à détecter des ondes qui étirent et compriment toute la Voie lactée “par la largeur de votre pouce”, a expliqué un chercheur.

Articles similaires