Monde
08:55 23 février 2016 | mise à jour le: 23 février 2016 à 08:55 Temps de lecture: 2 minutes

Syrie: le régime et l’opposition acceptent conditionnellement la trêve

Syrie: le régime et l’opposition acceptent conditionnellement la trêve
Photo: APFILE - In this Feb. 17, 2016, file photo, Secretary of State John Kerry puts his hand to his ear while listening to a reporter's question at the State Department in Washington. Kerry faces skeptical senators when he appears before a Republican-led panel just a day after the United States and Russia agreed on a new cease-fire for Syria. Kerry is scheduled to testify Feb. 23 before the Senate Foreign Relations Committee amid nagging questions over enforcement of the truce and how violations of the agreement will be handled. (AP Photo/Cliff Owen)

DAMAS, Syrie — Le gouvernement syrien et le plus important groupe d’opposition ont accepté conditionnellement mardi la trêve proposée par les États-Unis et la Russie dans l’espoir de relancer les pourparlers de paix à Genève.

Le projet de cessez-le-feu mis de l’avant par Washington et Moscou doit entrer en vigueur samedi, mais des questions importantes concernant sa mise en application persistent.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a annoncé par voie de communiqué, mardi, qu’il accepte la trêve proposée, tout en précisant que l’offensive se poursuivra contre le groupe armé État islamique, la branche syrienne d’Al-Qaïda et les autres “groupes terroristes associés”.

Le ministère ajoute que le gouvernement syrien se réserve le droit de riposter si les conditions de la trêve ne sont pas respectées.

La plus importante association de groupes d’opposition et rebelles syriens, le Haut Comité des négociations, avait précédemment annoncé qu’elle accepte elle aussi la trêve, à condition que le régime syrien lève le siège de 18 régions, qu’il libère les détenus et qu’il mette fin à ses frappes aériennes et d’artillerie.

L’émissaire onusien Staffan de Mistura a suspendu les négociations de paix à Genève le 3 février, notamment après que l’armée syrienne ait lancé une vaste offensive sous le couvert des frappes aériennes russes.

On ne sait pas si M. de Mistura compte maintenant annoncer une reprise prochaine des pourparlers.

Des convois d’aide humanitaire ont ravitaillé deux banlieues de Damas assiégées au cours des dernières heures.

Articles similaires