Montréal

Denis Coderre propose d’améliorer le programme d’accès à la propriété

Denis Coderre propose d’améliorer le programme d’accès à la propriété
Photo: Romain Schué/Métro

Au cours de son éventuel deuxième mandat à la mairie de Montréal, Denis Coderre promet de revoir le programme municipal d’aide à l’acquisition d’une propriété qui ne bénéficie actuellement qu’à trop peu de Montréalais et qui a contribué aux départs de nombreux résidents de la métropole.

Ce nouveau programme sera «plus simple, plus accessible pour les familles et surtout plus généreux», a précisé lundi l’actuel maire de Montréal. Le budget annuel, a-t-il ajouté, passera de 6,5M$ à 17M$.

Actuellement, de nombreux critères limitent l’accès à ce programme. Pour bénéficier d’une aide financière – entre 5000$ et 6250$ selon les critères –, un ménage avec au moins un enfant ne peut dépasser un coût d’achat de 280 000$ pour un logement de quatre pièces et de 360 000$ pour un logement de cinq pièces.

«Les montants de subvention [seront] plus élevés, comme le [seront] également les prix plafonds pour les propriétés visées», a expliqué Denis Coderre, sans apporter davantage de précisions. Ce dernier vise à aider 2300 ménages annuellement, soit une augmentation, a-t-il assuré «de 40%». Ce chiffre serait cependant nettement plus élevé, puisque comme l’indiquait Métro, seulement 1378 ménages ont obtenu une subvention de la Ville en 2016.

Le nouveau programme serait également ouvert aux jeunes familles déjà propriétaires et s’ajusterait aussi à celles qui désirent acheter un logement au centre-ville. «C’est non seulement un programme qui est flexible, mais qui s’adapte à notre territoire», a présenté l’élu.

Le maire de Montréal a cependant repoussé toute idée de revoir le droit sur les mutations immobilières, également connu sous la taxe de Bienvenue. Celle-ci a battu des records en 2016 en rapportant 184,3M$ à la Ville, contre 162,6M$ en 2015. Ce chiffre est d’ailleurs en hausse de 45% depuis 2010, grâce notamment au prix de l’immobilier qui a explosé dans plusieurs quartiers centraux de Montréal.

Une telle refonte n’est «pas du tout» au programme, a précisé Denis Coderre. »On est en mode, beaucoup plus, d’augmenter les subventions», a-t-il dit.

Projet Montréal a également présenté la semaine passée le même type de promesses. Valérie Plante, la chef et candidate du parti à la mairie de Montréal, veut baisser les taxes pour les familles et compte imposer aux promoteurs la construction de 20% de grands logements familiaux dans tous les nouveaux projets immobiliers d’envergure.

Plus de logements sociaux
Denis Coderre compte aussi sur le nouveau statut de métropole obtenu par Montréal pour «aller plus loin» dans la construction de nouveaux logements sociaux. L’actuel programme AccèsLogis Québec sera remplacé, a souligné le candidat à la mairie, avant de préciser que ce nouveau système aura «une flexibilité nécessaire pour s’adapter aux différentes réalités montréalaises».

Le coût maximal des travaux admissibles à ces aides va augmenter de 24%, a détaillé Denis Coderre, qui vise la réalisation de 950 logements sociaux et abordables, par an, dès 2020. Ce dernier a enfin promis qu’un minimum de 30% des logements en construction neuves seront accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Des initiatives pour lutter contre les logements insalubres ont également été annoncées. L’élu veut notamment augmenter le nombre d’inspecteurs et mettre en ligne un registre des bâtiments inspectés et ayant été décrétés non-conformes.

«Un échec lamentable»
Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) déplore que les objectifs du maire sortant pour la lutte aux logements insalubres ne soient pas chiffrés. «Ce sont de belles mesures, mais rien n’est chiffré. Il dit qu’il va augmenter le nombre d’inspecteurs, mais de combien?» se questionne le porte-parole de l’organisme, Maxime Roy-Allard.

Le RCLALQ salue néanmoins l’idée de création d’un registre public des bâtiments inspectés, qui «pourra informer les locataires» et «inciter les propriétaires à agir» pour préserver leur image. «Coderre avait dit [lors de sa dernière campagne électorale] que l’habitation était sa priorité, mais sur les quatre dernières années, c’est un échec lamentable, reprend Maxime Roy-Allard. Il n’y a pas eu d’amélioration sur le terrain. On ouvre des dossiers, mais on les ferme rapidement pour augmenter les chiffres.»

(Avec Dominique Cambron-Goulet)

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *