Actualités

La CSDM veut une nouvelle école dans Villeray pour «répondre à la demande»

La CSDM veut une nouvelle école dans Villeray pour «répondre à la demande»
Photo by: Archives Métro

Il faut une nouvelle école dans Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension en raison de la hausse du nombre d’élèves dans le secteur, estime la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

Pendant sa réunion hebdomadaire ce mercredi, le comité exécutif de la Ville de Montréal prévoit adopter un règlement pour retirer le terrain de l’ancienne école Saint-Bernardin-de-Sienne, démolie au printemps dernier, de la liste des bâtiments patrimoniaux, pour permettre à la CSDM d’y construire une nouvelle école.

«[La CSDM] souhaite ainsi répondre à la demande croissante du nombre d’élèves dans le secteur de Saint-Michel», d’après les documents de la Ville.

À l’heure actuelle, la commission scolaire pallie au manque de classes par l’usage de «bâtiments temporaires abritant quatre classes», dans une école située tout près de la propriété visée. «Lorsque le nouvel établissement sera construit, les classes seront réparties entre ces deux institutions», écrit la Ville de Montréal à ce sujet.

Pour retirer le caractère patrimonial du terrain, la CSDM doit d’abord obtenir une modification au plan et aux règlements d’urbanisme de la Ville, en concertation avec l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension. C’est précisément sur ce changement que le comité exécutif doit se prononcer mercredi.

L’ancienne école Saint-Bernardin-de-Sienne était située au 2950, rue Jarry Est. Le bâtiment a déjà abrité l’ancienne Académie Bélair, destinée à l’enseignement aux jeunes filles à l’époque. «L’établissement avait été construit à la fin des années 1910 sous les plans de Viau et Venne, à qui nous leur devons la construction de plusieurs bâtiments institutionnels à Montréal», indique la Ville.

L’intérêt patrimonial du terrain de l’ancienne Académie Bélair repose d’une part sur son intérêt historique, d’après la Ville. «Édifiée en 1918, sa construction correspondait avec la fondation de Ville Saint-Michel et était le dernier témoin de l’ancien noyau institutionnel créé dans ces mêmes années», lit-on dans le même document. Les lieux témoignaient aussi, reconnaît la Ville, «de l’omniprésence des communautés religieuses dans l’éducation des enfants au 20e siècle».

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *