Montréal

Agrandissement en vue à l’école St-Georges de Montréal

Agrandissement en vue à l’école St-Georges de Montréal
Photo: Google MapsL'école St-Georges. Photo: Google Maps

L’école St-Georges de Montréal veut agrandir son établissement d’enseignement secondaire privé et laisser plus de place à l’aménagement vert, au détriment des cases de stationnement et de la surface asphaltée. L’institution indépendante située aux abords du mont Royal entend construire trois nouveaux espaces, au rez-de-chaussée et au 2e étage, en y intégrant des serres et des murs végétaux, notamment.

Ce projet nécessite «une modification du plan d’urbanisme», ce qui fait que le conseil municipal doit se prononcer sur une recommandation à ce sujet le 17 décembre prochain.

Cette dérogation modifierait le taux d’occupation du bâtiment sur le site, le faisant passer de 48,5% à 54%. C’est le plan de protection et de mise en valeur du Mont-Royal (PPMV) qui définit les «dispositions limitant ce taux d’implantation sur la montagne», est-il indiqué dans les documents de la Ville de Montréal.

La direction de l’école St-Georges dit vouloir «améliorer le bien-être de ses étudiants et de son personnel» en rapprochant la nature de l’humain. La lumière, la ventilation naturelle et la «perméabilité visuelle entre l’intérieur et l’extérieur» seront privilégiés pendant les travaux. De nouveaux laboratoires scientifiques, ainsi que de nouvelles salles de mathématiques et d’art pourront être intégrées au projet, d’après les documents de la Ville.

En faisant peau neuve, l’institution dit aussi vouloir réduire la superficie asphaltée sur son terrain de «1250 mètres carrés à 432 mètres carrés». Seize cases de stationnement seront supprimées, si le projet est approuvé. La cour extérieure serait ainsi complètement revue et réaménagée, en laissant plus de place à «l’aménagement paysager». Une vingtaine d’arbres supplémentaires devraient également être plantés sur le terrain de l’école.

L’agrandissement n’entraînera «aucun impact visuel significatif» à partir du mont Royal ou vers celui-ci, d’après les documents de la Ville. «Les impacts sur l’ensoleillement de l’espace public sont également non-significatifs», est-il mentionné.

Le chantier sera réalisé en «quatre phases», d’après les documents de la Ville, qui estime la durée des travaux à une période de «4 à 5 années». Il faudra construire 900 mètres carrés de superficie et en modifier 325 mètres carrés, lit-on dans les documents.

Le 9 août dernier, le comité consultatif d’urbanisme a donné son avis favorable au projet. Son avis a été partagé quelques semaines plus tard, le 1er octobre, par le ministère de la Culture et des Communications. Le dossier fait l’objet de pourparlers depuis 2015.