Actualités

Élection partielle: les partis fédéraux s’activent

Élection partielle: les partis fédéraux s’activent
Photo: Josie Desmarais/Métro

À peine quelques heures après que le premier ministre, Justin Trudeau, eût déclenché des élections partielles dans trois circonscriptions le 25 février prochain, les candidats des différents partis politiques s’activent déjà.

Dans la région de Montréal, les électeurs d’Outremont seront convoqués aux urnes le mois prochain. Métro a aperçu plusieurs pancartes du Parti libéral du Canada jeudi matin, notamment sur les rues Victoria et sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine, dans l’arrondissement d’Outremont, près des stations de métro.

Mercredi soir, la candidate du Parti libéral du Canada (PLC) Rachel Bendayan s’affairait déjà à afficher des pancartes électorales dans les rues d’Outremont. «So this is happening. Ce soir : opération pancartes», a-t-elle écrit sur son compte Twitter, publiant une photo d’elle sur le terrain.

La Loi électorale du Canada «ne prévoit pas de délai pour l’affichage de pancartes électorales suite au déclenchement d’une élection partielle ou d’une élection générale», a d’ailleurs précisé à Métro une porte-parole du Commissaire aux élections fédérales, Myriam Croussette.

Avocate et militante communautaire, Mme Bendayan a notamment travaillé comme consultantes au sommet du G8 à Évian, en France, et au Sommet mondial du développement durable à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Même si elle n’avait pas encore accroché ses pancartes électorales, jeudi matin, la candidate du Parti conservateur du Canada (PCC), Jasmine Louras, s’est tout de même «réjoui[e]» que le premier ministre ait «enfin» déclenché l’élection partielle. «[Ça] permettra aux citoyens d’Outremont de retrouver leur siège à Ottawa», a lancé la finissante en droit de l’Université d’Ottawa, invitant les électeurs à entrer directement en contact avec elle pour la rencontrer.

Le Nouveau parti démocratique du Canada (NPD) présente pour sa part l’ex-présidente du Conseil Canadien pour la coopération internationale (CCCI), Julia Sanchez, dans Outremont. La formation de Jagmeet Singh décrit sa candidate comme une «dirigeante chevronnée et expérimentée» qui «se battra pour les solutions dont les habitants d’Outremont ont besoin de toute urgence».

«Oui ça va être un combat difficile, a reconnu jeudi la candidate néo-démocrate dans une déclaration écrite. Mais je n’ai jamais hésité devant un bon défi, et je n’ai pas l’intention de commencer maintenant. La course est lancée, nous pouvons le faire.»

De son côté, le candidat à la direction du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a indiqué mercredi, sur les réseaux sociaux, que cette élection partielle dans Outremont «est une formidable occasion» pour sa formation politique «de faire valoir la différence entre les partis canadiens». Il a dit vouloir parler «d’abord pour le Canada et le Bloc, qui porte les intérêts et le pays du Québec, juste du Québec».

Rappelons que le chef adjoint du Parti vert, Daniel Green, tentera aussi sa change dans la circonscription montréalaise.

C’est le départ de l’ancien chef du NPD, Thomas Mulcair, en août dernier, qui a fait en sorte que la circonscription d’Outremont n’est plus représentée à la Chambre des communes, et qu’une élection partielle doit être tenue.

Des scrutins doivent aussi avoir lieu le 25 février prochain dans les comtés de Burnaby-Sud, en Colombie-Britannique, et de York-Simcoe, dans la province ontarienne.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *